Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Prochaine naissance du bébé d'Harry et Meghan: le fisc américain aux aguets

© AP Photo / Heathcliff O'MalleyMeghan Markle et le prince Harry
Meghan Markle et le prince Harry - Sputnik France
S'abonner
C’est un évènement très attendu. Et qui pourrait éventuellement intéresser le fisc américain: la naissance du bébé princier d'Harry et Meghan. En effet, la duchesse de Sussex étant Américaine, l’enfant aura, selon toute vraisemblance, la double nationalité et devra donc payer des impôts à l’administration en question.

Les services fiscaux des États-Unis semblent s'intéresser de près au futur membre de la famille royale d'Angleterre, le bébé du prince Harry et de Meghan, qui devrait naître avant la fin du mois. Et pour cause, car cet enfant aura probablement la double nationalité: britannique par son père et américaine par sa mère.

Meghan Markle - Sputnik France
Harry «vexé»: la reine aurait frappé Meghan Markle d’une nouvelle interdiction
Lorsqu'un des deux parents d'un enfant est Américain et qu'il a résidé aux États-Unis pendant cinq ans dont au moins deux après 14 ans, alors le bébé est américain, selon le département d'Etat US. Or, c'est le cas de Meghan.

Ainsi, les comptes en banque du bébé alimentés par sa famille seront à déclarer, tout comme les revenus qu'il pourrait éventuellement générer, par exemple si ses parents décidaient d'en faire un bébé star du petit ou grand écran.

En outre, l'IRS, le service des impôts des États-Unis, exige que les cadeaux de valeur offerts par des non-Américains à cet enfant soient eux aussi déclarés.

«Imaginez que la reine offre au bébé un beau livre d'art de la collection royale. Il devra alors être déclaré au fisc s'il dépasse une valeur de 100.000 dollars», a détaillé, cité par l'AFP, David Treitel, fondateur de l'American Tax Returns, une société de conseil pour les expatriés américains au Royaume-Uni.

Et même si Meghan Markle peut échapper aux contraintes fiscales en renonçant à sa nationalité américaine, le bébé serait, lui, toujours soumis au devoir de déclaration jusqu'à sa majorité.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала