Des tags «horribles» découverts sur la façade d’une gendarmerie

© AFP 2022 JACQUES DEMARTHON A picture taken on July 4, 2015 shows the bagde of a French police officers from the gendarmerie during a traffic control at a motorway tollbooth in Fleury-en-Bière.
A picture taken on July 4, 2015 shows the bagde of a French police officers from the gendarmerie during a traffic control at a motorway tollbooth in Fleury-en-Bière. - Sputnik France
Alors qu’une vidéo tournée à Paris lors de l’acte 23 des Gilets jaunes a provoqué un tollé, la façade d’une gendarmerie dans le Finistère a été taguée avec des mots haineux. Ces inscriptions, appelant les policiers à se donner la mort, ont été condamnées par Christophe Castaner et ont entraîné l’ouverture d’une enquête.

Les gendarmes de la brigade de Landivisiau, dans le Finistère, ont trouvé ce matin sur la façade de leur bâtiment des tags haineux qui appellent les forces de l'ordre à se tuer. Cette découverte intervient dans un contexte particulier créé par l'indignation publique contre des slogans scandés par des Gilets jaunes à Paris.

«Ce sont des insultes, des menaces, et c'est un non-respect de ces hommes qui se battent pour nous et nous protègent. C'est inadmissible de dire aux gendarmes qu'ils doivent se suicider!», a déclaré Laurence Claisse, qui a qualifié les tags d'«horribles et violents», selon France Bleu.

Vers 10h, des techniciens d'investigation criminelle sont arrivés sur place, ainsi que la maire. Ensuite, des employés municipaux ont tenté d'effacer les tags.

Une enquête a été ouverte.

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a condamné ces inscriptions et affirmé sa volonté d'identifier et livrer à la justice les auteurs.

La police française lors d'une manifestation des Gilets jaunes à Paris (archive photo) - Sputnik France
Quelle est la réaction des figures des Gilets jaunes aux chants haineux contre la police?
Le 12 avril, le ministre de l'Intérieur a annoncé la création d'une «cellule alerte prévention suicide» pour la police nationale.

Durant l'acte 23 sur la place de la République à Paris, des manifestants ont scandé à plusieurs reprises des chants appelant les forces de l'ordre à se tuer, des provocations qui ont scandalisé les syndicats et les milieux politiques français. Le parquet de Paris a annoncé avoir ouvert une enquête.

Ces slogans de manifestants sont intervenus dans un contexte de vague de morts volontaires dans les rangs des forces de l'ordre recensées depuis le début de l'année.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала