Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Quel objectif poursuit la Corée du Nord avec ses nouveaux tirs d'essai?

© Sputnik . Ilya Pitalev / Aller dans la banque de photosPyongyang, Corée du Nord
Pyongyang, Corée du Nord - Sputnik France
S'abonner
Pyongyang a annoncé avoir procédé à un essai de frappe «à longue portée», ce que dément Séoul qui parle d’un essai de deux missiles à courte portée ayant parcouru respectivement 270 et 420 km. Deux analystes sud-coréens ont parlé à Sputnik de la nature supposée des projectiles testés en Corée du Nord et du but de ces tirs d’essai.

La Corée du Nord a annoncé vendredi 10 mai avoir procédé à un essai de frappe «à longue portée». Cette annonce contredit toutefois les informations de l'armée sud-coréenne, selon lesquelles les armes testées sont deux missiles à courte portée qui ont parcouru respectivement 270 et 420 kilomètres.

Kim Jong-un - Sputnik France
La Corée du Nord annonce un essai de frappe «à longue portée»

«Si on ne considérait que la portée des tirs effectués, on pourrait supposer que le missile qui a parcouru 420 km pourrait être un Scud C et celui qui a fait 270 km, un Scud B. Pourtant, comme l'altitude de vol de ces deux projectiles ne dépassait pas 50 km, il est fort peu probable que des Scud aient été lancés sous un si petit angle», a déclaré à Sputnik Kim Dong-yup, professeur à l'Institut d'Études de l'Extrême-Orient de l'université de Kyungnam.

Et d'ajouter que les Scud étaient des missiles balistiques à courte portée, et que les essais de missiles de ce type tombaient sous le coup de sanctions des Nations unies.

Corée du Nord - Sputnik France
La Corée du Nord a procédé à un tir avec un projectile inconnu, selon des militaires sud-coréens

«Quoi qu'il en soit, l'altitude de 50 km permet de supposer qu'il s'agit d'un tir d'essai d'une arme tactique guidée, soit d'"Iskander nord-coréens", testée également il n'y a pas longtemps depuis la péninsule de Hodo [au bord de la mer du Japon, ndlr]», a rappelé l'expert.

Ce dernier a précisé que, cette fois, les projectiles, dont la nature est toujours inconnue, avaient été tirés depuis Kusong, en territoire nord-coréen et ce, pour manifester sans doute la stabilité et la fiabilité de cette nouvelle arme.

A North Korean military soldier peeps through his country's ruling party flags decorating the Ryomyong residential area, a collection of more than a dozen apartment buildings, ahead of its official opening ceremony on Thursday, April 13, 2017, in Pyongyang, North Korea. - Sputnik France
Et si les «Iskander nord-coréens» désarmaient les troupes US en Corée du Sud?

«À mon avis, les Nord-Coréens, mécontents de la situation actuelle, laissent entendre qu'ils ne consentiraient pas à des concessions et ne céderaient pas. Aussi, leurs partenaires devraient-ils changer de calculs», a résumé Kim Dong-yup.

Kim Jong-un - Sputnik France
La Corée du Nord diffuse des photos de son récent «exercice de frappe»

Un autre interlocuteur de Sputnik, Cheong Seong-chang, vice-président chargé de la planification de la recherche à l'Institut Sejong, un grand think tank sud-coréen, a enchaîné, estimant que Pyongyang était notamment mécontent de la tenue en mars-avril d'exercices aériens conjoints américano-sud-coréens, juste après l'échec du sommet américano-nord-coréen. Ainsi que du fait que Séoul avait qualifié de provocation le tir d'essai du 4 mai en Corée du Nord.

«De toute évidence, par les tirs d'essai actuels, la Corée du Nord veut montrer au monde les potentialités redoutables de ses missiles, que même le THAAD ne pourrait intercepter. Par ailleurs, à l'intérieur du pays, Pyongyang s'applique à rassurer les militaires, mécontents des négociations sur la dénucléarisation», a conclu l'analyste.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала