La gendarmerie nationale est de nouveau frappée par une perte

© AFP 2022 JACQUES DEMARTHON A picture taken on July 4, 2015 shows the bagde of a French police officers from the gendarmerie during a traffic control at a motorway tollbooth in Fleury-en-Bière.
A picture taken on July 4, 2015 shows the bagde of a French police officers from the gendarmerie during a traffic control at a motorway tollbooth in Fleury-en-Bière. - Sputnik France
Les rangs de la gendarmerie pleurent une nouvelle perte dans le Jura, où un commandant de compagnie a mis fin à ses jours avec son arme de service. Sa mort s’ajoute à la vague qui ravage les rangs des forces françaises depuis le début de l’année.

Un officier de gendarmerie s'est donné la mort ce jeudi 16 mai avec son arme de service alors qu'il se trouvait dans son logement à Lons-le-Saunier (Jura), relate le média Essor.

Les Gilets jaunes lors de l’acte 24 à Paris - Sputnik France
Ils chantent l’éloge de la mort d’une policière devant le tribunal en soutien à un casseur
Christophe E., militaire de 46 ans, avait été promu capitaine en 2014 avant de prendre le commandement de la compagnie de Lons-le-Saunier en mars dernier.

L'information de son décès a été confirmée au média par la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN).

Il s'agit du 6e gendarme à se donner la mort depuis le 1er janvier.

Plus de 30 membres des forces de l'ordre ont mis fin à leurs jours depuis le début de l'année. En 2018, ce nombre s'élevait à 35 policiers et 33 gendarmes. Le taux de morts volontaires dans la profession est supérieur de 36% à celui de la population générale, selon une étude de l'Inserm.

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала