Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

De la bière vieille de 5.000 ans reconstituée par des chercheurs, la jugeant «pas mal»

© AP Photo / Virginia MayoBière
Bière - Sputnik France
S'abonner
Bien que les levures de bière collectées sur des anciens pichets datent de plusieurs millénaires, ces organismes peuvent être utilisés dans la fabrication d’une bière identique à celle que des rois antiques buvaient, expliquent des chercheurs israéliens. Après l’avoir goûtée, ils ont jugé la boisson «pas mal».

Des scientifiques israéliens ont réussi à faire renaître la «bière des pharaons», ayant utilisé les colonies de levures retrouvées sur les bords d’anciens pichets.

Un monstre / image d'illustration - Sputnik France
Un «Cthulhu» vieux de 430 millions d'années découvert par des paléontologues (images)
Cette bière n’est pas uniquement saine, elle se distingue aussi par ses qualités gustatives, affirment les inventeurs de la boisson, chercheurs des meilleures universités du pays et de l’Autorité des antiquités d’Israël.

Les scientifiques ont collecté des colonies de levures conservées dans les micropores de tessons de pichets en argile qui servaient au stockage de la bière et du miel.

«Il s’agit de pichets qui datent des périodes du règne du roi Narmer (environ 3.000 ans avant notre ère), du roi araméen Hazaël (800 av. J.-C.) et du prophète Néhémie (400 av. J.-C.) qui régnait en Judée lors de la domination persane selon la Bible», a indiqué un communiqué de presse.

Afin de reconstituer la bière avec une teneur en alcool de 6% et l’hydromel à 14% d’alcool, les chercheurs ont eu recours à des brasseurs professionnels qui utilisaient des technologies contemporaines de fabrication de la bière.

​«Le miracle le plus grand est que ces colonies de levures ont survécu en attendant que nous les extrayons puis les cultivions. Les levures antiques nous ont permis de comprendre quel était le goût de la bière des anciens Philistins et Égyptiens. Au fait, elle n’est pas mal», a affirmé Ronen Hazan, l’un des responsables du projet, microbiologiste de l’université hébraïque de Jérusalem.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала