Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Doit-on sacrifier sa culture et son identité au multiculturalisme et au «pluralisme religieux»?

© REMY GABALDAun crucifix renversé
un crucifix renversé - Sputnik France
S'abonner
Les crucifix auraient été bannis des lieux publics dans certaines régions d’Italie pour ne pas blesser les sentiments des adeptes d’autres confessions. Sputnik a abordé ce sujet avec un membre de la communauté religieuse islamique italienne.

Les crucifix, symboles religieux qui font partie de la culture italienne, enlevés ou recouverts de ruban adhésif, les chants de Noël et les jeux de la Nativité supprimés dans les écoles … Est-il juste de nier sa culture et son identité au nom du multiculturalisme? Sputnik a posé cette question à Aïcha Lazzerini, membre de la commission des questions juridiques de la COREIS (communauté religieuse islamique italienne).

A woman reacts near flowers and flags placed in tribute to victims, two days after an attack by the driver of a heavy truck who ran into a crowd on Bastille Day killing scores and injuring as many on the Promenade des Anglais, in Nice, France, July 16, 2016. - Sputnik France
UE: les limites du multiculturalisme

«Non. À mon avis, non seulement, le crucifix ne blesse pas les sentiments d'une personne vraiment religieuse, quelle que soit sa religion. C’est un symbole très important dans notre pays, riche de son histoire et de son système de valeurs bien établi», a-t-elle répondu.

Et d’admettre qu’il y avait eu par le passé bien des contradictions, parfois interprétées comme une prise de position pour ou contre l'islam, mais que c'était «une approche absolument fausse».

«Je pense qu'il ne s'agit là que d'une manipulation scandaleuse de symboles religieux. Quant à des communautés telles que la COREIS, nous n'avons absolument rien contre la démonstration du crucifix, nous le respectons et l'honorons comme un symbole sacré», a souligné la musulmane italienne.

Elle a supposé que les incidents impliquant des musulmans résidant en Italie ou venant dans ce pays catholique s’expliquaient essentiellement par un manque de connaissances, au mieux, ou, peut-être, par un sentiment d’exclusivité qui n’a d’ailleurs rien de religieux.

«Dans l'Islam, il y a une figure de Jésus et une figure comme Maryam ou Maria et elle est, pour nous les musulmans, la mère immaculée à qui est consacrée toute une sourate du Coran, un chapitre entier», a poursuivi Mme Lazzerini.

Selon cette dernière, même du point de vue doctrinal, il est difficile de comprendre comment un symbole faisant référence au Christ pourrait être offensant pour les musulmans.

«C'est précisément parce que le multiculturalisme et le pluralisme religieux découlent de l'idée que les différences ne sont pas un problème qui doit être caché, mais au contraire une richesse supplémentaire apportée par chacun et qui peut contribuer à une plus grande ouverture réciproque pour tous», a conclu Aïcha Lazzerini.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала