Des militants marocains agressés par un diplomate algérien à Genève?

© AFP 2022 Fabrice CoffriniOnu, Genève
Onu, Genève - Sputnik France
Des militants d’une ONG marocaine défendant les droits de l’Homme ont été agressés par le représentant permanent de l’Algérie auprès de l’Onu à Genève, pour avoir affiché les portraits de trois Sahraouis présumés disparus, a rapporté une source au site Le 360. Alger n’a pas encore réagi à cette information.

Des représentants associatifs marocains ont été violemment pris à partie par le représentant permanent de l’Algérie auprès de l’Onu à Genève, Boudjemâa Delmi, lors des travaux de la 41e session du Conseil des droits de l’Homme qui se tient du 24 juin au 12 juillet à Genève, a confié une source au site d’information marocain Le 360.

Sahara occidental - Sputnik France
Le Polisario explique à Sputnik l’origine de son communiqué sujet à polémique entre Alger et Rabat
Ces militants ont placardé sur le tableau d’affichage de la salle 20 du Palais des congrès à Genève qui abrite les sessions plénières, les photos de trois Sahraouis présumés kidnappés par le Front Polisario: Mahmoud Zidane El Kenti, Bouzid Aba Bouzid et El Fadel Breika, a indiqué le média.

«Au moment de son passage, en compagnie de son épouse, près du stand de l’ONG Colombe blanche, où étaient placardées des affiches des trois Sahraouis portés disparus, ce diplomate algérien s’est répandu en injures à l’encontre des acteurs associatifs marocains, et sur le royaume du Maroc plus généralement», a indiqué la source. «C’est votre pays qui pratique la torture, vous êtes toujours sous le protectorat français», a-t-il ajouté, lançant: «vos filles sont vendues aux Saoudiens», a relayé la même source.

Scorpion - Sputnik France
Le Maroc lance une campagne nationale de lutte contre les piqûres de scorpions et les morsures de serpents
À la suite de ces injures, les militants associatifs marocains ont déposé plainte au commissariat de police, a précisé le média, soulignant que, le 2 juillet, le diplomate algérien était revenu à la charge. En effet, M.Dilmi aurait demandé à un agent de sécurité de l’Onu d’empêcher les militants marocains d’afficher sur le tableau de la salle 20. Suite au refus de l’employé, le représentant permanent aurait arraché lui-même les affiches en la présence d’une fonctionnaire du Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme (HCDH).

Selon Le 360, Boudjemâa Delmi a demandé à des collaborateurs d’arracher toutes les affiches qui seraient collées sur le tableau d’affichage par ces ONG marocaines.

À l’heure actuelle, ni M.Delmi, ni le ministère des Affaires étrangères algérien n’ont fait de commentaires à ce sujet.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала