Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

En Algérie, une enquête ouverte suite à la diffusion d’une vidéo montrant des manifestants matraqués

© REUTERS / RAMZI BOUDINAPolice officers and demonstrators confront each other during a protest in Algiers
Police officers and demonstrators confront each other during a protest in Algiers - Sputnik France
S'abonner
Suite à l’apparition d’une vidéo montrant des policiers frapper deux hommes à terre, la Direction générale de la sûreté nationale algérienne a ouvert une enquête.

La police algérienne a annoncé dimanche l'ouverture d'une enquête sur des violences présumées qui auraient eu lieu lors d'une manifestation vendredi, après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo montrant des protestataires matraqués par les forces de l'ordre, rapporte l’AFP.

Dans un communiqué posté sur sa page Facebook, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a indiqué que son directeur général, Abdelkader Kara Bouhadba avait ordonné l'ouverture d'une enquête après la diffusion d’«une vidéo montrant des affrontements avec les forces de police, probablement lors de la manifestation de vendredi».

La DGSN a souligné «la nécessité d'enquêter [...] pour déterminer les responsabilités et prendre les mesures imposées par la loi».

la prison El Harrach - Sputnik France
En Algérie, le général-major à la retraite Hamel et ses deux enfants transférés à la prison
Des échauffourées ont émaillé la fin de la manifestation vendredi à Alger quand des policiers ont arraché des drapeaux berbères des mains de manifestants ou ceux accrochés au sommet des réverbères près de la Grande poste, point de ralliement des manifestants, rappelle l’agence.

La vidéo, largement diffusée sur les réseaux sociaux, montre notamment deux hommes à terre en train de se faire rouer de coups par des policiers qui font aussi usage de leurs matraques.

L'Algérie est le théâtre depuis le 22 février d'un mouvement de contestation sans précédent qui a poussé le Président Abdelaziz Bouteflika à la démission en avril après 20 ans au pouvoir. Ce mouvement réclame désormais le départ de l'ensemble des acteurs du «système» chaque vendredi lors de manifestations massives qui ont été jusqu'à présent accompagnées de peu de violences.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала