Des propos attribués par Al Jazeera au Premier ministre algérien démentis à Sputnik par une source diplomatique

© AP Photo / Anis BelghoulLe Premier ministre algérien Noureddine Bedoui
Le Premier ministre algérien Noureddine Bedoui - Sputnik France
Une source algérienne de haut niveau a démenti à Sputnik les propos attribués au Premier ministre algérien, Noureddine Bedoui, par la chaîne qatarie Al Jazeera affirmant qu’il aurait déclaré que le maréchal Khalifa Haftar ne représentait rien «devant la grandeur de la Libye».

Une source diplomatique de haut niveau au ministère algérien des Affaires étrangères a qualifié à Sputnik les informations rapportées par Al Jazeera de «grossière manipulation», réfutant catégoriquement que le Premier ministre ait tenu ce genre de propos. Elle a rappelé, dans ce sens, les principes fondamentaux de la diplomatie algérienne de non-ingérence dans les affaires d’autrui. Concernant la Libye, le diplomate a réaffirmé que l’Algérie avait toujours défendu le principe d’une solution inter-libyenne basée sur un dialogue inclusif de toutes les parties en conflit et en dehors de toute ingérence étrangère.

Auparavant, le site de la chaîne qatarie Al Jazeera a rapporté que lors d’une audience accordée, ce mardi 9 juillet, à Alger, à Fathi Bachagha, le ministre libyen de l’Intérieur dans le gouvernement d’union nationale (GNA) en visite officielle dans le pays, le Premier ministre algérien Noureddine Bedoui s’en serait pris au maréchal Khalifa Haftar de l’Armée nationale libyenne (ANL).

«Le général à la retraite Khalifa Haftar ne représente rien devant la grandeur et la sacralité de la Libye et son importance régionale et internationale», a-t-il déclaré, appelant le président de l’Union africaine (UA) en exercice, le chef de l’État égyptien Abdel Fattah al-Sissi, à «désigner clairement les États qui contribuent à la déstabilisation de la Libye et à les citer nommément».

Libye - Sputnik France
Un ex-chef d’état-major algérien détaille à Sputnik les enjeux géostratégiques en Libye
Sur la même lancée, selon la même source, M.Bedoui a également demandé à l’Onu «d’émettre un communiqué relatif à la situation actuelle qui prévaut en Libye, notamment les tentatives du maréchal Haftar de s’emparer de la capitale Tripoli».

Pour l’instant, le gouvernement algérien n’a pas commenté officiellement les propos attribués à M.Bedoui par la chaîne qatarie.

Le 4 avril, le commandant en chef de l'ANL, Khalifa Haftar, avait donné l'ordre à ses forces d'entamer la marche vers Tripoli, siège du gouvernement dirigé par Fayez el-Sarraj et reconnu par la communauté internationale. Les forces fidèles au gouvernement d’El-Sarraj ont alors lancé une opération baptisée Volcan de la colère. Ces derniers jours, l’aviation de l’ANL a pris pour cible plusieurs positions et dépôts de munitions à Tripoli.

La Libye est plongée dans le chaos depuis le renversement du gouvernement et le meurtre de Mouammar Kadhafi en 2011. Le pays est divisé entre plusieurs entités rivales, avec notamment la présence à Tripoli du gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj, soutenu par l'Onu et l'UE, et dans l'est, d'un parlement élu par le peuple et appuyé par l'Armée nationale libyenne du maréchal Haftar.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала