Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Incident dans le Golfe: «Si l’Iran avait voulu s’emparer de ce pétrolier, il l’aurait fait»

© AFP 2021 EBRAHIM NOROOZI / JAMEJAM ONLINEDétroit d'Ormuz
Détroit d'Ormuz - Sputnik France
S'abonner
Téhéran s’est abstenu de réagir à la provocation impliquant le pétrolier britannique British Heritage, qui était délibérément entré dans ses eaux territoriales, affirme un politologue iranien contacté par Sputnik.

Les déclarations de Londres selon lesquelles Téhéran a tenté d’arraisonner un pétrolier britannique constituent une énième provocation visant à discréditer l’Iran aux yeux de la communauté internationale, a déclaré à Sputnik le politologue iranien Hassan Hanizadeh.

«Si l’Iran avait voulu s’emparer de ce pétrolier, il l’aurait fait sans se cacher. Rappelons-nous la récente destruction d’un drone américain Global Hawk […]. Si l’Iran décide d’entreprendre telle ou telle action contre le Royaume-Uni ou les USA, il n’hésitera pas à le déclarer», affirme l’expert.

Une vedette des Royal Marines britanniques se dirige vers le pétrolier Grace 1 - Sputnik France
L’Iran dénonce une «piraterie en mer» de Londres après la saisie d’un de ses pétroliers
Selon lui, le pétrolier britannique British Heritage est «délibérément entré dans les eaux territoriales iraniennes», mais Téhéran n’a pas réagi à cette démarche.

«Pourtant, si de telles provocations s’intensifient, l’Iran sera contraint de riposter», souligne l’interlocuteur de l’agence.

Toujours d’après M.Hanizadeh, Washington et Londres s’efforcent de pousser la partie iranienne à employer les armes. «Pour les États-Unis, il est très important de prendre leur revanche concernant le drone Global Hawk», insiste-t-il.

Accusations britanniques

l'Iran - Sputnik France
L’Iran menace de saisir un pétrolier britannique
Plus tôt dans la journée, Londres a déclaré que trois navires de guerre iraniens avaient tenté de bloquer mercredi le passage d’un pétrolier britannique par le détroit d’Ormuz, à l’entrée du Golfe, mais qu’ils s’étaient retirés à la suite d’avertissements lancés par un bâtiment de la Royal Navy présent dans le secteur.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a pour sa part jugé les informations britanniques «sans valeur». Dans le même temps, le général américain Mark Milley a fait savoir que les États-Unis envisageaient de former une coalition internationale pour escorter les navires de commerce dans le Golfe.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала