Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Agression raciste de deux familles à Lyon après la victoire de l'Algérie. Une enquête est ouverte

S'abonner
À Lyon, les membres de deux familles ont été victimes d’une agression à caractère raciste vendredi 19 juillet, en marge des célébrations de la victoire de l’Algérie en finale de la CAN, rapportent les médias. Faisant suite à une plainte de l’une des victimes, une enquête a été ouverte.

Une enquête pour «violence aggravée, dégradation aggravée et menaces de mort à caractère raciste» a été ouverte après la plainte d’une des deux familles qui ont été attaquées par un groupe d’individus cagoulés à Lyon, lors des célébrations de la victoire de l’équipe algérienne en finale de la Coupe d’Afrique des nations, rapporte l'AFP.

Une rue de Paris après la victoire de l'Algérie en finale de la CAN (image d'illustration) - Sputnik France
Le vol d’un objet de luxe au cœur de Paris après la victoire de l’Algérie se termine de façon inattendue

Deux familles visées le soir de la victoire

Diffusant sur son site des captures d’écran d’une vidéo des faits, Le Progrès a annoncé samedi 20 juillet que deux familles avaient été prises pour cible par un groupe d’individus vêtus de noir et armés de battes de base-ball.

L’une des attaques a eu lieu, selon le même journal, à 23 h 45 quai Fulchiron (Lyon 5e). Un homme nommé Mea, alors en voiture avec sa femme et leur petite fille s’est vu encerclé par une vingtaine d’individus qui avaient surgi à un feu rouge.

D’après l’AFP, les victimes, qui ont déposé plainte, ont indiqué aux enquêteurs que le groupe d'assaillants avait frappé le véhicule et brisé une vitre, occasionnant de légères blessures au père de famille. Ce dernier s'est vu reconnaître six jours d'ITT. Sa femme a, pour sa part, été choquée.

 festivités après le match Côte d'Ivoire-Algérie, image d'illustration - Sputnik France
Des pompiers tombent dans un guet-apens à Rennes et essuient une pluie de projectiles

Le même soir, relate toujours Le Progrès, Amel, une jeune femme qui rentrait à Villeurbanne avec son bébé, s’est retrouvée piégée dans les ralentissements quai Tilsitt (Lyon 2e), juste en face de la passerelle Saint-Georges. Elle témoigne qu’une trentaine de jeunes gens arrivés depuis le Vieux-Lyon, habillés en noir et le visage dissimulé, s’en sont pris à plusieurs voitures en criant «Sales bougnoules!».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала