Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La saisie d’un pétrolier UK par l’Iran: John Bolton pousse le Royaume-Uni vers «un bourbier», selon Javad Zarif

© AP Photo / Andrew HarnikJohn Bolton
John Bolton - Sputnik France
S'abonner
Ayant échoué à mêler les Etats-Unis à une grande guerre contre l’Iran, le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, pousse vers elle le Royaume-Uni, a déclaré Javad Zarif, réagissant au sujet de la récente détérioration des relations entre Londres et Téhéran.

Le chef de la diplomatie iranienne a de nouveau accusé le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, de comploter contre l’Iran. Cette fois, Javad Zarif a commenté la montée des tensions entre Londres et Téhéran qui a suivi la saisie, le 4 juillet, par les Royal Marines du pétrolier iranien Grace 1 au large de Gibraltar ainsi que l’arraisonnement, le 19 juillet, par l’armée iranienne du pétrolier Stena Impero dans le détroit d’Ormuz.

Un pétrolier dans le détroit d’Ormuz (image d'illustration) - Sputnik France
Téhéran explique les raisons de sa saisie du pétrolier britannique

«Ne vous y trompez pas. N'ayant pas réussi à attirer Donald Trump dans la guerre du siècle et craignant l’effondrement de l’équipe B, John Bolton tourne son venin contre le Royaume-Uni dans l'espoir de l'entraîner dans un bourbier [la confrontation avec l’Iran, ndlr]. Seules la prudence et la prévoyance peuvent déjouer de tels stratagèmes», a-t-il tweeté.

​L’«équipe B» et l’Iran, selon Javad Zarif

Le chef de la diplomatie iranienne utilise d’une manière régulière l’expression «équipe B» pour désigner les hommes politiques connus par leur prise de position stricte envers Téhéran et dont les nom ou prénom commencent par la lettre B. Parmi eux, outre John Bolton, figurent le Président israélien Benyamin Netanyahou et le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane.

IDétroit d'Ormuz - Sputnik France
La France s'exprime sur la saisie d'un navire britannique par l'Iran

Ainsi le 9 juillet, Javad Zarif a estimé que John Bolton et Benyamin Netanyahou avaient «détruit l’accord de Paris entre E3 [Allemagne, France et Royaume-Uni, ndlr] et l’Iran en 2005». Selon le ministre iranien, en insistant sur un enrichissement zéro, M.Bolton et M.Netanyahou ont incité l’Iran à multiplier par cent son enrichissement vers 2012. «Aujourd’hui, ils ont poussé Donald Trump à détruire le JCPOA avec la même illusion», avait ajouté M.Zarif dans son tweet.

John Bolton sur la saisie du pétrolier iranien Grace 1

Rappelons que John Bolton n’a pas caché sa joie après que les Royal Marines britanniques ont saisi, le 4 juillet, le pétrolier iranien Grace 1 au large de Gibraltar.

«D’excellentes nouvelles: le Royaume-Uni a arrêté le supertanker Grace 1 chargé de pétrole iranien qui se dirigeait, en violation des sanctions de l'UE, vers la Syrie. L'Amérique et nos alliés continueront d'empêcher les régimes de Téhéran et de Damas de tirer profit de ce commerce illicite», avait-il alors écrit.

​Il est à noter que Javad Zarif a également posté ce dimanche sur son compte Twitter un lien vers l’article du Guardian intitulé «Comment le faucon de Trump a attiré la Grande-Bretagne dans un dangereux piège pour punir l'Iran» et publié samedi 20 juillet. L’auteur de l’article, Simon Tisdall, commentateur de l'actualité internationale du Guardian, évoque notamment une possible implication de John Bolton dans l’incident du 4 juillet à Gibraltar.

D’après le journaliste, par sa réaction, John Bolton a fait semblant d’être surpris par cette nouvelle tandis que les preuves qui s’accumulent indiquent que «l'équipe de sécurité nationale de Bolton a été directement impliquée dans la fabrication de l'incident de Gibraltar».

«On soupçonne que les politiciens conservateurs [britanniques, ndlr] distraits par les élections d'un nouveau Premier ministre, recherchant le pouvoir et préoccupés par le Brexit, sont tombés dans le piège américain», a-t-il écrit, avant d’ajouter que le pétrolier britannique arraisonné par la marine iranienne n’était que la réponse de Téhéran à ce qu’il s’était passé à Gibraltar.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала