Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Jérôme Rodrigues en garde à vue pour des soupçons de violences sur sa compagne

© Sputnik . Julien Mattia / Aller dans la banque de photosJérôme Rodrigues
Jérôme Rodrigues - Sputnik France
S'abonner
Ayant perdu son œil droit lors de l’acte 11 des Gilets jaunes, Jérôme Rodrigues est désormais soupçonné d’avoir porté des coups à sa compagne, qui dément cependant les violences.

Jérôme Rodrigues, une des figures de proue du mouvement des Gilets jaunes, est en garde à vue depuis dimanche 28 juillet, relate l'AFP citant le procureur de la République à La Roche-sur-Yon, Hervé Lollic.

Jérôme Rodrigues lors de l'acte 30 des Gilets jaunes à Paris - Sputnik France
Jérôme Rodrigues: «Réveillez-vous parce que Macron va taxer le sommeil»
Selon les informations diffusées auparavant par TF1, M.Rodrigues, 39 ans, a été interpellé par des gendarmes à La-Roche-sur-Yon, en Vendée. Il est soupçonné d’avoir frappé sa compagne alors qu’ils étaient en vacances dans la commune voisine de Thorigny.

Bien que la femme n’ait pour l’heure pas souhaité déposer plainte, les militaires ont cependant estimé nécessaire d’interroger Jérôme Rodrigues, qui avait perdu l’usage d’un l’œil lors d’une manifestation de Gilets jaunes à Paris en janvier dernier, rappelle la chaîne.

Pourtant, selon sa conjointe citée par l'AFP, «il y a eu une dispute verbale, comme n'importe quel couple peut en avoir».

Symbole du mouvement de contestation

Ancien commerçant, Jérôme Rodrigues a été touché à l’œil droit par un tir de LBD, lors de l’acte 11 des Gilets jaunes sur la place de la Bastille. Malgré les cinq heures d’intervention, les médecins ne sont pas parvenus à sauver l’organe endommagé.

Jérôme Rodrigues - Sputnik France
Jérôme Rodrigues sur la mobilisation des Gilets jaunes: «Il n'y a rien qui faiblit»
Après sa blessure, M.Rodrigues a porté plainte contre X et contre le préfet de Paris pour «violences volontaires aggravées par personne dépositaire de l’autorité publique».

Fin juin dernier, le tribunal administratif de Paris a ordonné «au ministre de l’Intérieur et au préfet de police de communiquer sans délai à M.Rodrigues les actes de l’enquête administrative et de l’enquête menée par l’inspection générale de la police nationale concernant les blessures qu’il a subies».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала