La Royal Navy renforce sa présence dans le détroit d’Ormuz

Le destroyer britannique HMS Defender se dirige à présent vers le golfe Persique pour assurer la sécurité des navires marchands dans la région, annonce la Royal Navy.

Sur fond de tensions dans le golfe Persique, la Marine royale britannique a envoyé vers le détroit d’Ormuz le destroyer de défense aérienne HMS Defender.

​Selon le communiqué officiel, le navire a quitté le 12 août Portsmouth aux côtés de la frégate HMS Kent qui doit remplacer le HMS Duncan dans le cadre de la mission de sécurité maritime régionale.

HMS Kent - Sputnik France
Le navire de guerre britannique HMS Kent se dirige vers le golfe Persique

«Assurer la liberté de navigation au Moyen-Orient est essentiel à la prospérité du Royaume-Uni et de nos alliés. Je suis heureux que le HMS Defender joue son rôle aux côtés des autres navires de guerre de la Royal Navy pour assurer la sécurité de ces routes commerciales importantes», a déclaré le capitaine du navire Richard Hewitt cité par le communiqué.

Le HMS Montrose, qui a déjà assuré plus de 30 transits à travers le détroit, restera stationné dans la région, poursuit la Royal Navy.

Tensions dans le détroit d’Ormuz

Après que le Royaume-Uni a arraisonné le 4 juillet le pétrolier iranien Grace 1 à Gibraltar, accusant Téhéran de livrer illégalement du pétrole à la Syrie, le corps des Gardiens de la révolution islamique a saisi, le 19 juillet, le pétrolier britannique Stena Impero près du détroit d’Ormuz «pour violation des règles internationales». Le 15 août, les autorités de Gibraltar ont libéré le Grace 1.

Une vedette des Royal Marines britanniques se dirige vers le pétrolier Grace 1 - Sputnik France
L'Iran fait le point sur les négociations avec Londres concernant son pétrolier immobilisé à Gibraltar

Pour leur part, les États-Unis ont lancé l’idée de créer une coalition internationale pour escorter les navires de commerce dans le golfe Persique. Le Royaume-Uni a annoncé qu'il y prendrait part, mais de nombreux alliés de Washington, notamment européens, ne souhaitent pas participer à un conflit ouvert dans cette région par laquelle transite le tiers du pétrole mondial acheminé par voie maritime.

Le Président iranien, Hassan Rohani, a déclaré mercredi 14 août que l’Iran et les pays côtiers du golfe Persique étaient en mesure d’assurer la sécurité maritime de la région et n’avaient pas besoin d’une force étrangère, rejetant le projet américain de créer une coalition maritime dans la zone.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала