Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un homme de 35 ans abattu à Montpellier, la police évoque un règlement de comptes

S'abonner
Un habitant du quartier Paul-Valéry de Montpellier a été abattu sur le parking d’un gymnase dans ce qui semblerait être un règlement de comptes.

Un homme âgé de 35 ans a été tué par balle dimanche 25 août dans le quartier Paul-Valéry de Montpellier, dans l’Hérault, signalent les médias français.

Montpellier - Sputnik France
À Montpellier, il attaque avec un tournevis des touristes qui chantent La Marseillaise
Selon France 3, le Montpelliérain a été grièvement blessé à la cuisse et est décédé quelques heures après son arrivée à hôpital.

La victime était connue de la justice pour trafic de stupéfiants. France Info affirme pour sa part qu’un individu de 42 ans habitant le quartier s’est rendu le soir même au commissariat, s’accusant du meurtre. D’après les premiers éléments de l’enquête confiée au Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Montpellier, il pourrait s’agir d’un règlement de comptes.

Incidents à répétition

Le portail actu.fr rappelle que des piétons et des automobilistes ont été blessés par balles ces dernières semaines dans la région sur fond de litiges liés au trafic de drogue.

couteau - Sputnik France
«Allahu akbar, je vais tous vous buter»: un homme armé d’un couteau terrorise Montpellier
Ainsi, un inconnu a récemment tiré à la kalachnikov entre l’avenue de Toulouse et l’avenue Villeneuve d’Angoulême, à la Croix d’Argent, sur un parking où des produits stupéfiants sont vendus régulièrement. Dans le même temps, un homme de 34 ans a été abattu il y a quelques jours à Béziers.

Les policiers sont inquiets

Dans un communiqué diffusé suite au crime de dimanche, le syndicat Unité SGP Police FO 34 fait savoir son inquiétude face à la multiplication des événements de ce genre:

«Cette recrudescence des règlements de comptes nous inquiète au plus haut point. Probablement sur fond de trafic de stupéfiants, les armes lourdes parlent dans nos rues, au risque de faire des victimes collatérales», indique le communiqué.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала