L’Arabie saoudite «absolument en droit d’enrichir de l’uranium»

Riyad se montre déterminé à développer son industrie nucléaire civile. Des experts saoudiens contactés par Sputnik sont persuadés de la nécessité de ces travaux.

Le ministre saoudien de l’Énergie Abdelaziz bin Salmane a récemment constaté que le royaume poursuivait le développement de l’énergie atomique qui prévoit notamment l’enrichissement d’uranium. Sputnik s’est entretenu avec des experts saoudiens sur les perspectives de cette industrie dans le pays.

Saudi Arabian capital Riyadh with the 'Kingdom Tower' - Sputnik France
L'Arabie saoudite n'exclut pas de se doter de l'arme nucléaire, si l'Iran le fait
Pour le politologue Shahir al Nahhari, l’Arabie saoudite aurait dû s’y atteler il y a déjà longtemps.

«L’Arabie saoudite a besoin de l’énergie nucléaire pour dessaler l’eau et pour réaliser d’autres projets. Le royaume est absolument en droit de construire des réacteurs nucléaires et d’enrichir de l’uranium», a indiqué l’expert.

Selon lui, si les Américains refusent de coopérer avec Riyad dans ce domaine, les Saoudiens pourraient s’adresser à la Russie, à la Chine, à l’Inde, au Pakistan ou bien aux pays européens.

Préoccupations aux États-Unis

Riyadh night view - Sputnik France
L’Arabie saoudite entre dans la course au nucléaire
Le directeur d’un centre stratégique saoudien, Saad Ben Omar, a rappelé que le royaume cherchait à diversifier ses sources d’énergie dans le cadre du programme Vision 2030. Il a en outre souligné que le Congrès des États-Unis ne prêtait attention aux activités nucléaires saoudiennes qu’à l’approche de l’élection présidentielle.

«Lorsqu’on commence à parler des dangers d’emploi de l’énergie nucléaire à des fins non civiles, on passe sous silence le fait que l’Arabie saoudite a bien signé un accord sur la tenue de toutes les inspections nécessaires», a-t-il souligné.

Menace iranienne

L’Arabie saoudite ne cherche pas à se doter de l’arme nucléaire, mais cette question sera d’actualité si l’Iran finit par y parvenir, a pour sa part fait savoir le général saoudien à la retraite Ali al-Tawati.

«Il est possible de nouer une coopération sur la question du nucléaire avec les États-Unis, ou avec la Russie, l’Inde, la Chine et le Pakistan», a expliqué l’ex-militaire, tout en soulignant que les États-Unis ne voulaient pas «qu’un pays arabe ou musulman soit doté d’une arme nucléaire».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала