Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

France: 10 mois de prison avec sursis pour une fille du roi d’Arabie saoudite pour violences

© AFP 2021 Hassan Ammar Une femme saoudienne (image d'illustration)
Une femme saoudienne (image d'illustration) - Sputnik France
S'abonner
La princesse Hassa bint Salmane, fille du roi d'Arabie saoudite, a été condamnée à Paris à 10 mois de prison avec sursis pour menaces et violences contre le plombier auquel elle reprochait des photos volées.

La fille du roi d’Arabie saoudite, la princesse Hassa bint Salmane, a été condamnée jeudi 12 septembre à Paris à 10 mois de prison avec sursis pour des violences infligées par son personnel à un artisan dans une résidence royale dans la capitale en 2016. Elle devra également verser une amende de 10.000 euros.

La princesse, sœur du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, qui était visée par un mandat d'arrêt depuis décembre 2017, a été jugée par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir demandé à son agent de «protection rapprochée» de menacer, frapper et humilier le plombier auquel la princesse reprochait des photos volées.

Elle était absente lors du délibéré, ainsi que de l'audience qui s'est déroulée en juillet.

Peine pour le garde du corps 

Le garde du corps a été condamné à huit mois de prison avec sursis et a écopé d’une amende de 5.000 euros, a précisé Reuters.

Paris - Sputnik France
«Il faut tuer ce chien», une princesse saoudienne risque la prison à cause de violences contre un artisan
Selon l’artisan, qui travaillait en 2016 dans une résidence royale à Paris, la princesse avait lancé: «Il faut tuer ce chien, il ne mérite pas de vivre».

L'artisan avait expliqué aux enquêteurs qu’il avait pris avec son portable des clichés de la salle de bain où il devait travailler. Faisant irruption dans la pièce, la princesse a affirmé qu’il avait pu «capter son reflet dans le miroir» et a appelé son agent de sécurité.

La procureure, qui avait requis la peine qui a été infligée au garde du corps, avait longuement décrit les souffrances de l'artisan qui gardera un «traumatisme profond» de cet épisode. «M.Saïdi est là quasiment en permanence. C'est lui qui noue les liens, les détache, le surveille», avait-elle déclaré.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала