Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Avion de combat du futur: Dassault presse Paris et Berlin d’agir vite

© AP Photo / Michel EulerDassault Aviation
Dassault Aviation - Sputnik France
S'abonner
Le patron de Dassault Aviation a appelé Paris et Berlin à régler le plus vite possible leurs différends concernant les termes d’exportations du Système de Combat Aérien Futur (SCAF).

Bien qu’une maquette du Système de Combat Aérien Futur (SCAF) ait été présentée lors du salon du Bourget en juin dernier, tout reste encore à faire pour réaliser un appareil démonstrateur. Le patron de Dassault Aviation, Éric Trappier, estime que l’heure est venue pour Paris et Berlin d’avancer dans cette direction.

Florence Parly et Ursula von der Leyen - Sputnik France
Paris et Berlin lancent le futur avion de combat européen opérationnel dans… 21 ans
Intervenant à l’occasion de l’Université d’été de la Défense sur la base aérienne d’Avord (Cher), il a invité les parties française et allemande à se mettre rapidement d’accord sur des règles d’exportations concernant le SCAF:

«La notification [du contrat] des démonstrateurs aurait dû se faire en juin lors du salon du Bourget. Septembre devait être l’heure du lancement, on évoque aujourd’hui la fin de l’année. Attention que cela ne se décale pas trop encore», a déclaré M.Trappier cité par l’AFP.

Selon lui, c’est indispensable pour conserver l’objectif d’une entrée en service à l’horizon 2040 avec un premier démonstrateur en 2026 comme prévu.

La balle est dans le camp des politiques

Paris, Berlin et Madrid ont signé le 17 juin un accord cadre définissant les positions des trois pays concernant le SCAF. Au cœur de ce système se trouve le futur chasseur qui devra remplacer les actuels Rafale et Eurofighter.

Chasseur américain F-35 - Sputnik France
«Occasion manquée»: Dassault et Airbus déplorent le choix du F-35 par la Belgique
Un premier contrat d’architecture, d'un montant de 65 millions d’euros, avait été notifié en janvier à Dassault Aviation et Airbus. Or, pour Éric Trappier, «pour que ce projet prenne réellement son vol, il faut désormais dépasser le stade de la première étude».

«La volonté de lancer un programme incombe toujours aux politiques et à eux seuls. Il reste encore des points délicats à trancher, notamment des points d’exportabilité», a-t-il souligné.

Pourtant, d’après le président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat Christian Cambon, Paris et Berlin s’opposent toujours sur les règles régissant les exportations du futur appareil ainsi que sur la question des logiques de retour pour leurs industries respectives.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала