Une Iranienne s’immole par le feu pour éviter la prison après être entrée dans un stade

© AFP 2022 ATTA KENAREIn this file photo taken on June 25, 2018 Iranian women watch the World Cup Group B soccer match between Portugal and Iran at Azadi stadium in Tehran. Iran's judiciary has been asked to investigate the death of a woman football fan, state media said on September 10, 2019, after she reportedly self-immolated because she feared imprisonment for trying to enter a stadium. The country's vice president for women and family affairs, Masoumeh Ebtekar, asked the judiciary chief to look into the case in a letter, the state-run Iran newspaper reported ATTA KENARE / AFP
In this file photo taken on June 25, 2018 Iranian women watch the World Cup Group B soccer match between Portugal and Iran at Azadi stadium in Tehran. Iran's judiciary has been asked to investigate the death of a woman football fan, state media said on September 10, 2019, after she reportedly self-immolated because she feared imprisonment for trying to enter a stadium. The country's vice president for women and family affairs, Masoumeh Ebtekar, asked the judiciary chief to look into the case in a letter, the state-run Iran newspaper reported ATTA KENARE / AFP - Sputnik France
Sahar Khodayarin, une Iranienne arrêtée pour être entrée dans un stade de football, interdits aux femmes, a succombé à ses blessures après s’être immolée par le feu. Elle risquait six mois de prison.

Une supportrice iranienne arrêtée pour avoir tenté d’assister à un match de football a succombé à ses blessures le 9 septembre dernier, après s’être immolée par le feu devant un tribunal.

Le 12 mars 2019, Sahar Khodayarin, une iranienne de 29 ans, était parvenue à pénétrer le stade Azadi de Téhéran, déguisée en homme, où l’Esteghal FC disputait un match contre l’Al-Ain FC, selon le New York Times. Mais la jeune femme est très vite interpellée : en Iran, les femmes n’ont pas le droit de se rendre dans les stades de football. La supportrice a passé trois jours en prison, avant d’être libérée sous caution.

Le 2 septembre dernier, jour de son procès, Sahar Khodayarin s’est immolée par le feu devant le tribunal de Téhéran, après avoir entendu dire qu’elle allait être condamnée à six mois de prison, d’après le site d’information Varzesh3.

La fille en bleu

Surnommée «Blue Girl» (la fille en bleu) en référence à son club favori, l’Esteghlal FC, S. Khodayarin est devenue un symbole de la lutte pour les droits de la femme en Iran. Après l’incident, le hashtag #BlueGirl s’est rapidement répandu sur les réseaux sociaux et de nombreux joueurs de footballs lui ont témoigné leur soutien.

Depuis juin, la FIFA fait pression sur Téhéran pour que les femmes iraniennes aient le droit d’entrer dans les stades, indique RFI. Après avoir appris le décès de Sahar Khodayarin, l’association écrivait sur Instagram:

«La FIFA appelle une nouvelle fois les autorités iraniennes à autoriser l’accès des femmes aux stades en Iran, afin d’assurer la liberté et la sécurité des femmes engagées dans ce combat légitime.»

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала