Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Téhéran: «Les Saoudiens eux-mêmes ne croient pas à la fiction de l’implication iranienne» dans l’attaque contre Aramco

S'abonner
Bien que l’Arabie saoudite accuse l’Iran d’être impliqué dans les attaques de drones contre ses installations pétrolières, elle-même n’y croit qu’à peine, estime le ministre iranien des Affaires étrangères en pointant la récente violation du régime du cessez-le-feu au Yémen par Riyad.

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a déclaré le 21 septembre que Riyad croyait à peine à la responsabilité de Téhéran dans les frappes portées contre les installations pétrolières saoudiennes.

«Étant donné que le régime saoudien a accusé l'Iran - sans fondement – d’avoir attaqué ses installations pétrolières, il est curieux qu'ils aient contre-attaqué aujourd'hui à Al-Hodeïda au Yémen, violant ainsi le cessez-le-feu de l'Onu. Il est clair que même les Saoudiens eux-mêmes ne croient pas à la fiction de l’implication iranienne [dans les attaques contre Saudi Aramco]», a écrit Zarif sur son compte Twitter.

Vendredi, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a lancé une opération contre les installations militaires des rebelles houthis dans le nord de la province d’Al-Hodeïda, au Yémen, moins d'une semaine après les attaques de drones.

Les attaques contre les installations pétrolières en Arabie saoudite

Smoke is seen following a fire at Aramco facility in the eastern city of Abqaiq, Saudi Arabia, September 14, 2019. REUTERS/Stringer - Sputnik France
Les premières images des dégâts sur les installations pétrolières en Arabie saoudite dévoilées – photos
Des drones des Houthis yéménites ont visé samedi 14 septembre deux installations stratégiques de la compagnie pétrolière Aramco, à plus d'un millier de kilomètres de Sanaa, la capitale du Yémen contrôlée depuis cinq ans par les Houthis.

Selon le ministre de l'Énergie, le prince Abdoulaziz ben Salmane, cité samedi par la Saudi Press Agency, 5,7 millions de barils par jour sont concernés par l'interruption partielle, soit près de la moitié de la production saoudienne, ou 5% du commerce quotidien mondial du pétrole.

L’attaque a été revendiquée par les rebelles yéménites houthis. Selon les autorités saoudiennes, au moins 18 drones et sept missiles de croisière ont été utilisés. L’Arabie saoudite ainsi que les États-Unis accusent l’Iran, qui soutient le mouvement houthi, d’avoir orchestré l’opération. Téhéran a démenti toute implication.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала