Plusieurs enquêtes ouvertes après la violente interpellation d’un Grenoblois – vidéo

© AFP 2022 JEAN-PIERRE CLATOTGrenoble Centre Ville
Grenoble Centre Ville - Sputnik France
Suite à une interpellation musclée effectuée par la police grenobloise, un homme a été hospitalisé, son état de santé étant incompatible avec une détention, selon des médias français. Des enquêtes ont été ouvertes sur les violences commises par la police.

Trois enquêtes judiciaires ont été ouvertes à Grenoble après la publication d’une vidéo filmée le 20 septembre laquelle montre des policiers recourir à la force à l’encontre d’un homme dans la rue lors de son interpellation. Celui-ci, frappé au visage, a dû être hospitalisé.

Comme l’a expliqué la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), dans la soirée du 20 septembre, un dispositif policier a été mobilisé à la suite d’un signalement de deux hommes vraisemblablement ivres qui «vociféraient» dans la rue. Toujours selon la même source, à l’arrivée des forces de l’ordre, l’un des deux individus a prétendu se nommer «Adolf Hitler» et se prénommer «Va te faire en*****».

Des gants de boxe - Sputnik France
À Quimper, un combat de boxe «à la loyale» entre un policier et un jeune - vidéo
La DDSP, citée par le quotidien Le Dauphiné libéré, a indiqué que l’homme en question avait refusé de se faire menotter, avait attrapé le bras d’un policier et armé son poing serré. C’est alors que le fonctionnaire lui a asséné un coup au visage, le plaquant contre un mur et provoquant sa chute, d’après ce que l’on voit sur les images. En tombant, l’homme se serait ouvert une arcade sourcilière. La DDSP ne s’est pas exprimé quant à l’usage de la force par la police.

La séquence a été rendue publique sur Twitter par un tiers, qui affirme l’avoir reçu par voie électronique. La vidéo ne présente toutefois pas toute la scène, puisqu’elle a été coupée et montée.

Plusieurs enquêtes ouvertes

Après avoir été hospitalisé au CHU de Grenoble, l’homme blessé en est sorti samedi 21 septembre. Son état a été jugé vendredi incompatible avec une détention. Trois policiers ont porté plainte.

La cellule déontologie du commissariat de Grenoble a été chargée de l’enquête sur les violences commises par des policiers, laquelle s’ajoute à deux autres enquêtes, administrative et celle ouverte pour outrages contre l’homme interpellé, selon le procureur de la République de Grenoble Éric Vaillant.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала