La piste terroriste n’est pas écartée par le préfet de police de Paris suite à l’attaque dans la préfecture

© SputnikSituation à Paris après l'attaque au couteau à la préfecture, 3.10.2019
Situation à Paris après l'attaque au couteau à la préfecture, 3.10.2019 - Sputnik France
Le préfet de police de Paris a déclaré, le lendemain de l’attaque meurtrière qui a coûté la vie à quatre personnes, qu’aucune piste ne pouvait être exclue pour expliquer le comportement de l’assaillant.

Le préfet de police de Paris a assuré vendredi n'exclure «aucune hypothèse» au lendemain de l'attaque meurtrière perpétrée par un agent de la préfecture de police qui a tué quatre de ses collègues.

«Notre lucidité de policier nous amène à n'exclure strictement aucune hypothèse à ce stade», a déclaré Didier Lallement, alors que l'enquête ouverte par le parquet de Paris n'a pour l'heure pas retenu de qualification terroriste, précise l’agence.

«Cette tragédie est d'autant plus terrible qu'elle est parvenue à l'intérieur de la préfecture et qu'elle a été portée par l'un d'entre nous», a souligné M.Lallement.

Selon lui, les conditions de sécurité à l'intérieur du centre névralgique de la police parisienne «sont absolues» et «ne sont pas en cause». «Ceux qui sont extérieurs à l'administration passent par un portique de sécurité», a-t-il précisé, ajoutant que ses services étaient d'abord focalisés sur une attaque venant «de l'extérieur».

«Nous avons été touchés au cœur mais nous sommes toujours debout», a assuré le préfet.

Attaque contre la préfecture de police de Paris

Une attaque au couteau a eu lieu jeudi 3 octobre dans l'enceinte de la préfecture de police de Paris. L’assaillant faisait partie du personnel. Âgé de 45 ans, il travaillait depuis 2003 à la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP) en tant qu’informaticien et souffrait de surdité.

Voitures de police près de de la Préfecture de police de Paris,  3 octobre 2019 - Sputnik France
Employés de la préfecture de police de Paris sous le choc: «On réalise que tout peut arriver n’importe où»
L'attaque a coûté la vie à quatre personnes, trois policiers et un agent administratif, et fait un blessé. Son auteur a par la suite été abattu.

La police a ouvert une enquête pour «homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique» et «tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique», a précisé le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала