Pour Macron, Ankara prend le risque d’aider «Daech à reconstruire son califat»

© Sputnik . Hikmet Durgun Des troupes turques à la frontière avec la Syrie
Des troupes turques à la frontière avec la Syrie  - Sputnik Afrique
Le lendemain du lancement de l’opération turque dans le nord-est de la Syrie, Emmanuel Macron s’est joint à ceux qui appellent Ankara à l'arrêter, estimant qu’elle risquait d’aider Daech* à reconstruire son califat.

Alors que la Turquie poursuit depuis le 9 octobre son opération aérienne et terrestre dans le nord-est de la Syrie, avec dans son viseur des milices Kurdes, le Président français a appelé Ankara à y mettre fin, estimant qu’elle risquait d'aider Daech* à reconstruire son califat.

«Je condamne avec la plus grande fermeté l'offensive militaire unilatérale en Syrie et j'appelle la Turquie à y mettre un terme le plus rapidement possible. [ …] Ce risque d'aider Daech* à reconstruire son califat, c'est la responsabilité que prend la Turquie», cite l’AFP qui relaye les propos prononcés à Lyon par Emmanuel Macron.

Offensive «Source de paix»

La Turquie a lancé mercredi 9 octobre une offensive d’abord aérienne, puis terrestre contre les milices kurdes dans le nord-est de la Syrie, baptisée Source de paix. Selon le Président turc, l’opération doit permettre de «créer une zone de sécurité qui permettra le retour des réfugiés syriens» que la Turquie a accueillis sur son territoire.

Une série de pays et d’organisation s’étant montrés critiques à l’égard de l’offensive et ayant appelé à la cesser, le Président turc Recep Tayyop Erdogan a réagi le 10 octobre, s’adressant entre autre aux pays européens et les menaçant d’ouvrir les frontières de son pays aux réfugiés en vue de leur migration vers le Vieux continent.

* Organisation terroriste interdite en Russie

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала