Erdogan martèle que son pays n’arrêtera pas son offensive en Syrie, malgré les appels des USA

© AP Photo / Baderkhan AhmadA Turkish n armored vehicles patrol as they conduct a joint ground patrol with American forces in the so-called "safe zone" on the Syrian side of the border with Turkey, near the town of Tal Abyad, northeastern Syria, Friday, Oct.4, 2019
A Turkish n armored vehicles patrol as they conduct a joint ground patrol with American forces in the so-called safe zone on the Syrian side of the border with Turkey, near the town of Tal Abyad, northeastern Syria, Friday, Oct.4, 2019 - Sputnik France
Malgré tous les appels et menaces, notamment de la part des États-Unis, Recep Tayyip Erdogan a déclaré que son pays ne mettra pas un terme à son opération dans le nord-est de la Syrie, en soulignant que le but est d’«assurer la sécurité» des frontières.

La Turquie n’arrêtera pas son opération dans le nord-est de la Syrie, malgré les appels de pays, notamment les États-Unis, a déclaré Recep Tayyip Erdogan.

«Nous recevons des menaces de droite et de gauche pour cesser cette opération. J’ai dit à Trump, j'ai dit aux autres "arrêtez cela" [le soutien militaire américain aux milices kurdes, ndlr], mais vous ne l'avez pas fait. Et maintenant, nous ne reculerons pas», a déclaré le Président à Istanbul repris par la chaîne turque NTV.

Selon lui, «les opérations antiterroristes menées par la Turquie dans le nord de l'Irak et de la Syrie ne visent pas l'intégrité territoriale et la souveraineté de ces pays, et la Turquie ne se bat pas contre les Kurdes, mais contre les organisations terroristes».

Situation en Syrie  - Sputnik France
Écoles et hôpitaux fermés: l’Onu évalue le nombre de personnes déplacées à cause de l’offensive turque en Syrie

«En nettoyant l'ouest et l'est de l'Euphrate des organisations terroristes, nous assurerons la sécurité de nos frontières et le retour des réfugiés syriens dans leurs foyers», a ajouté Erdogan.

Les sanctions américaines prennent forme

Le Président américain a entre-temps accordé au département du Trésor des États-Unis «des nouveaux et considérables pouvoirs en matière de sanctions» à l'encontre du gouvernement turc, a informé le secrétaire du Trésor Steven Mnuchin ce vendredi 11 octobre devant les journalistes à la Maison-Blanche.

Plusieurs pays et organisations ont sommé la Turquie de cesser sans délai l’opération qui a fait, dès le jour de son lancement, des victimes dans les rangs des milices kurdes. En réponse à ces appels, le Président Erdogan a menacé d’ouvrir les frontières de son pays dans le but de provoquer un afflux de migrants syriens vers l’Europe.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала