Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un chef écope de 14.000 euros de redressement pour avoir mangé dans son propre restaurant

CC0 / Free-Photos / RestaurantRestaurant (image d'illustration)
Restaurant (image d'illustration) - Sputnik France
S'abonner
Un chef français possédant deux restaurants en Guadeloupe devra payer à l'Ursaff 14.000 euros pour avoir mangé dans son propre établissement. Comme il n’a pas déclaré ses repas comme avantage en nature, l’inspecteur s'est montré d'une extrême sévérité.

L'Urssaf a réclamé 14.000 euros au chef Arnaud Bloquel, originaire d'Agen (Lot-et-Garonne), qui possède deux restaurants - le Square et l'Orchidéa - à Saint-François, en Guadeloupe, pour avoir mangé dans son établissement, informe le site L'Hôtellerie Restauration, repris par La Dépêche.

Marrakech - Sputnik France
Une voiture fonce sur un restaurant au Maroc, faisant une dizaine de blessés - vidéo
Selon M.Bloquel, un fonctionnaire de l'Ursaff qui avait contrôlé son établissement en avril 2018 s’est demandé avant de partir où il mangeait habituellement. Sans pressentir un piège, le chef lui a dit la vérité: «Je mange dans mon restaurant, puisque j'y passe mes journées».

La réponse lui a coûté 14.000 euros, car l'inspecteur s'est ensuite basé sur la dépense moyenne d'un repas par client, soit 107 euros. M.Bloquel, qui ne savait sans doute pas qu’un chef d'entreprise a l’obligation de déclarer ses repas comme avantage en nature, a ainsi été redressé sur trois ans bien qu’il ait affirmé manger seulement des plats simples.

«Comme tous les cuisiniers, je conserve les produits nobles pour les clients et je me restaure avec des pâtes ou des plats simples et peu coûteux, comme le reste de mon équipe dont le repas apparaît à environ 6 euros sur leur bulletin de paie».

Maintenant, le chef souhaite regagner la France pour préparer à Paris le concours de meilleur ouvrier de France, puis partir en Floride. Comme il le précise, son départ n'est pas justifié par le redressement, «même si les tracas administratifs existent».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала