Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le pompier blessé ayant insulté Macron après la manifestation à Paris suspendu

© SputnikManifestation des pompiers à Paris, le 15 octobre 2019
Manifestation des pompiers à Paris, le 15 octobre 2019 - Sputnik France
S'abonner
Nicolas B., le pompier de l’Essonne blessé qui a été filmé après la manifestation de ses collègues la semaine dernière en train d’adresser son mécontentement à Emmanuel Macron, a été suspendu et pourrait être révoqué, indique Le Parisien.

Une semaine après la manifestation des pompiers à Paris, Nicolas B., le pompier de l’Essonne qui affirmait avoir été blessé par un CRS, connu pour la vidéo relayée sur les réseaux sociaux où il a insulté le Président français, a reçu un courrier qui lui annonçait sa suspension, relate Le Parisien.

La mesure s’applique à titre conservatoire qui ne peut durer plus de quatre mois, indique l’arrêté administratif signé par Dominique Echaroux, président du service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de l’Essonne. Le pompier se voit reproché «d'avoir commis une faute grave». Et d’ajouter que «dans l'intérêt du service, il est nécessaire qu'il soit temporairement suspendu de ses fonctions».

Nicolas B. sera ainsi privé de presque la moitié de son salaire pendant sa suspension, est-il précisé. Ayant une famille à charge, il va dorénavant toucher 1.000 euros par mois. De plus, il risque d’être révoqué par la justice et non par le Président de la République, auquel les avocats du pompier ont adressé une lettre ouverte le 21 octobre, en appelant Emmanuel Macron à la clémence.

​C’est justement le tribunal administratif de Versailles qui tranchera la question des sanctions qui seraient infligées à Nicolas B. et transmettra son avis motivé au président du conseil d'administration du SDIS de l'Essonne, indique Le Parisien.

L’organisateur d’une cagnotte bientôt ouverte en soutien au pompier, qui avait voulu garder son anonymat, a souligné qu’il s’agissait d’une victime d’un LBD, qu’il est nécessaire d’aider:

«On se doit de le soutenir. C'est une victime, il a été agressé lors de cette manifestation». De plus, «l'argent récolté doit permettre à Nicolas de financer sa perte de salaire», a-t-il ajouté cité par Le Parisien.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала