Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La chef de la diplomatie bolivienne annonce l’expulsion du personnel diplomatique du Venezuela

© Sputnik . Cortesía Apolinar PacoLe siège de l'Assemblée législative à La Paz
Le siège de l'Assemblée législative à La Paz - Sputnik France
S'abonner
La ministre des Affaires étrangères du gouvernement par intérim de Bolivie a fait savoir que le pays expulserait les diplomates vénézuéliens pour s’être «immiscés» dans ses affaires intérieures, ajoutant que le personnel diplomatique de Cuba devrait lui aussi quitter le territoire.

Le gouvernement par intérim de Bolivie a fait savoir qu’il expulserait les diplomates vénézuéliens en poste à La Paz pour avoir «violé les règles de la diplomatie» et s’être «ingérés» dans les affaires intérieures de ce pays, a annoncé ce vendredi 15 novembre la ministre bolivienne des Affaires étrangères, Karen Longaric.

«Nous allons donner un délai pour quitter le pays au personnel diplomatique de l'ambassade du Venezuela qui représente le gouvernement de Maduro, car il s'est immiscé dans les affaires intérieures de l’État», a-t-elle déclaré citée par l’AFP.

Vladimir Poutine - Sputnik France
La Bolivie «se trouve au bord du chaos», déclare Poutine
Elle a ajouté que les représentants de Cuba devraient eux aussi progressivement quitter le pays.

Le gouvernement de la Présidente par intérim, Jeanine Anez, a reconnu l'opposant Juan Guaido en qualité de Président par intérim du Venezuela, à l’instar d’une cinquantaine d'autres pays.

Démission d’Evo Morales

La Bolivie a vu déferler une vague de protestations après la publication, le 20 octobre, des résultats de la présidentielle, le Tribunal électoral suprême ayant annoncé que la victoire avait été remportée dès le premier tour par Evo Morales. Toutefois, son principal rival, Carlos Mesa, a refusé de reconnaître ces résultats.

L’Organisation des États américains (OEA) avait fait état de fraudes pendant le scrutin et le Président avait appelé les électeurs à voter une nouvelle fois. Cependant, l’armée et la police ont sommé Evo Morales de quitter le pouvoir et il a annoncé le 10 novembre, en commun avec son vice-Président, Alvaro Garcia Linera, sa démission.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала