Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Poutine: la Russie est prête à prolonger le traité New Start sans conditions préalables

© Sputnik . Mikhail Klementiev / Aller dans la banque de photosVladimir Poutine
Vladimir Poutine - Sputnik France
S'abonner
Avant la fin de l’année, Moscou est prêt à prendre la décision de prolonger le traité de réduction des armes stratégiques offensives New Start sans conditions préalables, a déclaré Vladimir Poutine.

S’exprimant jeudi 5 décembre au cours d’une réunion de défense à Sotchi, le Président russe a abordé le sujet du traité New Start signé par Moscou et Washington le 5 février 2011 pour une durée de 10 ans.

L'ancien Président de l'URSS Mikhaïl Gorbatchev - Sputnik France
Mikhaïl Gorbatchev craint une «guerre chaude» menaçant de détruire le monde civilisé

«Je tiens à confirmer une fois de plus la position de la Fédération de Russie. La Russie est prête à prolonger immédiatement, dès que possible, avant la fin de l'année et sans conditions préalables le traité New Start afin qu'il n'y ait pas plus tard de double ou triple interprétation sur notre position. Je le dis officiellement», a fait savoir le Président.

Bien que les propositions de la Russie soient sur la table et que le traité expire bientôt, Moscou n’a encore reçu «aucune réaction de la part des partenaires», a souligné Vladimir Poutine.

Le traité FNI

Le Président s’est également exprimé sur le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) que les États-Unis ont quitté en février 2019 sur décision de Donald Trump.

Неформальная встреча глав стран ЕС в Зальцбурге - Sputnik France
Macron rejette le moratoire sur le déploiement de missiles en Europe proposé par Moscou

«La Russie n'est pas intéressée par le déclenchement d'une course à l'armement et le déploiement de missiles là où ils ne sont pas actuellement», a-t-il souligné.

Et d’ajouter:

«Comme vous le savez, la Russie a annoncé un moratoire unilatéral sur le déploiement de tels missiles et a invité ses partenaires en Europe et aux États-Unis à la rejoindre. Jusqu'à présent, seul le Président français Macron a réagi.»

Le 28 novembre, à l'occasion de la réception à Paris du secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg, Emmanuel Macron a annoncé que la France n’avait pas accepté le moratoire en question. Le Président français a alors souligné qu’en tant que base de discussion «il ne fallait pas la chasser d’un revers de main».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала