Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une information judiciaire ouverte pour «corruption» sur l’attribution du Mondial 2022 au Qatar

S'abonner
Une information judiciaire a été ouverte en France pour «corruption active et passive» sur l’attribution de la Coupe du monde 2022 de football au Qatar.

Le Parquet national financier (PNF) a ouvert une information judiciaire pour «corruption active et passive», ainsi que pour recel et blanchiment de ces délits, sur l’attribution par la FIFA de la Coupe du monde 2022 de football au Qatar en décembre 2010, a annoncé Mediapart.

Selon le média, le 18 juin, Michel Platini, qui était à l’époque président de l’UEFA et vice-président de la FIFA, et deux anciens collaborateurs de Nicolas Sarkozy, avaient déjà été interrogés par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) sous le régime de la garde à vue.

Une rencontre secrète à l'Élysée

Les enquêteurs s’intéresseraient notamment à la rencontre secrète du Président Sarkozy avec Tamim ben Hamad Al Thani, à l’époque prince héritier du Qatar et émir depuis 2013, et Michel Platini qui s'est déroulée à l’Élysée le 23 novembre 2010, neuf jours avant le vote de la FIFA sur l'attribution du Mondial 2022, d'après Mediapart.

UEFA president Michel Platini attends the draw for the UEFA Europa League football group stage 2015/16, on August 28, 2015 in Monaco - Sputnik France
Platini placé en garde à vue pour corruption sur la Coupe du monde au Qatar
D'après le Monde, le Premier ministre qatari de l’époque Hamad ben Jassem Al Thani, le secrétaire général de l’Élysée Claude Guéant, et Sophie Dion, alors conseillère sport de Nicolas Sarkozy, auraient aussi participé à cette réunion.

En juin 2011, soit sept mois après le vote de la FIFA, le Qatar rachetait le PSG au fonds Colony Capital et, fin 2011, le fils de Michel Platini, Laurent, était embauché par l’équipementier sportif qatari Burrda, filiale de Qatar Sports Investments (QSI), rappelle le site. L’enquête devra déterminer s’il s’agit d’une simple coïncidence ou des résultats d'un arrangement présumé.

L’ancien président de la FIFA, Sepp Blatter, a publiquement soutenu l’idée que la rencontre de l’Élysée a «changé la donne» en faveur du Qatar, alors que Michel Platini nie en bloc ces accusations, affirmant que M.Sarkozy ne lui a pas demandé de voter pour le Qatar, même s’il a «senti qu’il y avait un message subliminal», selon Mediapart.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала