Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Islamistes dans le sport français: la ministre des Sports aurait «minimisé» le phénomène par «peur»

© AFP 2021 BERTRAND GUAYRoxana Maracineanu, la ministre des Sports
Roxana Maracineanu, la ministre des Sports  - Sputnik France
S'abonner
La ministre des Sports est critiquée pour son manque d’action contre la radicalisation dans le sport dans un rapport de l’Assemblée, indique Le Canard enchaîné. Des islamistes profitent de leur activité sportive au sein de clubs français pour inciter leurs coreligionnaires à accepter leur philosophie, précise le document.

Sur fond du renforcement de la radicalisation dans le sport signalé dans un rapport de l’Assemblée nationale publié fin juin 2019, le Premier ministre a reproché en privé à la ministre des Sports Roxana Maracineanu de ne pas y avoir prêté attention, relate Le Canard enchaîné.

La «gravité» du problème soulignée

Rédigé par les députés Éric Pouillat et Éric Diard, le rapport tacle la ministre sur le fait que «toute la mesure n’a pas été prise de la gravité» du problème et pointe le fait que des représentants de la radicalisation islamique investissent le terrain social et sportif, et exercent différentes pratiques radicales pour faire pression sur leurs coreligionnaires et les amener «à adhérer à leur philosophie rigoriste».

L’absence d’actions, «une forme de déni», a été expliquée par «la peur de remettre en cause les résultats, ou la crainte d’interférer avec l’organisation de grands événements sportifs (comme les JO de Paris en 2024)».

Les mesures prises par la ministre

Le ministère des Sports a tenté d’autoriser les fédérations sportives à trancher sur le futur des clubs impliqués dans la radicalisation, précise Le Canard enchaîné. Cependant, les ministères de l’Intérieur et de la Justice ont accordé ce droit aux préfets.

Une prison - Sputnik France
Un détenu a converti une surveillante à l’islam et la «téléguidait» via une oreillette
La tentative de Mme Maracineanu de faire lever l’assignation à résidence d’un lutteur d’origine tchétchène, accusé d’avoir fréquenté des islamistes endurcis et qui devait participer à la finale du championnat de France, n’a pas été appréciée non plus.

Travail accompli à ce stade

Plusieurs mois après la publication du rapport, Christophe Castaner a fait part du travail réalisé dans le cadre de la radicalisation dans le milieu sportif devant la commission des lois de l’Assemblée:

«127 contrôles [de centres sportifs avaient, ndlr] été opérés dans 35 départements (…) A titre d’exemple, 42 structures de sport de combat ont été contrôlées. Cinq fermetures d’établissements ont été décidées et cinq incapacités d’exercer prononcées, quatre mises en demeure ont été notifiées, 23 rappels à la législation ont été faits et un signalement au procureur effectué».
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала