Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Plusieurs compagnies de CRS en «black-out» contre la réforme des retraites

© AFP 2021 PHILIPPE LOPEZCRS posent leurs casques pour s'opposer à la réforme des retraites
CRS posent leurs casques pour s'opposer à la réforme des retraites - Sputnik France
S'abonner
Environ un millier de CRS sont en arrêt en France ce 11 décembre pour répondre à l’appel des syndicats de police et exprimer leur mécontentement face à la réforme des retraites, selon les médias.

Après que les trois principaux syndicats de police – Alliance Police Nationale, UNSA Police et Unité SGP Police – ont appelé les forces de l'ordre à se mobiliser ce mercredi 11 décembre pour un «black-out» pour protester contre la réforme des retraites, plusieurs centaines de CRS ont décidé de se rendre indisponibles.

«Si le gouvernement ne va pas dans le sens des policiers, ce ne sera pas fini! S'ils veulent un bras de fer, ils l'auront», a déclaré à l’Express David Michaux, secrétaire national CRS-UNSA.

«C'est du sérieux, nous voulons montrer qu'on est à bout», a ajouté Johann Cavallero, délégué Alliance CRS.

Presque un millier de CRS en arrêt

Selon des sources citées par les médias, entre 800 et 1.000 CRS de différentes compagnies étaient en arrêt sur l’ensemble du territoire, certaines étant en déplacement.

Édouard Philippe - Sputnik France
Au 7e jour de la grève, Édouard Philippe fait ses annonces très attendues sur la réforme des retraites
Au sein de plusieurs compagnies, il n’y a plus assez d’effectifs disponibles pour réaliser les missions prévues.

Ainsi, 60 hommes sur 78 de la CRS 9 de Rennes, en mission à Nice, ont appelé un médecin ou SOS médecin pour se rendre indisponibles, a précisé France Bleu. Dans la CRS 42 de Saint-Herblain, plus aucun policier n’était disponible à midi, a constaté Actu17.

Une action semblable

Le 2 décembre, une centaine de CRS avaient symboliquement déposé à leurs pieds casques et matraques devant la caserne de Chevilly-Larue, dans le Val-de-Marne, pour contester la réforme des retraites du gouvernement et demander le maintien du régime spécifique des policiers.

«Le gouvernement doit nous écouter et répondre aux revendications exprimées par près de 27.000 policiers, le 2 octobre, en particulier sur la question des retraites et du maintien du régime spécifique», avait déclaré à l'AFP le secrétaire général du syndicat Alliance, Fabien Vanhemelryck.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала