Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L'agence Bloomberg condamnée à une lourde amende en France pour diffusion de fake news

S'abonner
L'Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé avoir condamné l'agence Bloomberg à une amende de 5 millions d'euros pour avoir diffusé de fausses nouvelles qui avaient fait chuter l'action du groupe Vinci en novembre 2016.

L'agence de presse Bloomberg a été condamnée à une amende de cinq millions d'euros pour avoir diffusé «des informations qu'elle aurait dû savoir fausses» et qui avaient fait chuter l'action du groupe Vinci le 22 novembre 2016 à la Bourse de Paris, a annoncé lundi 16 décembre l'Autorité des marchés financiers (AMF) dans un communiqué.

«Il est reproché à Bloomberg d’avoir diffusé des informations qu’elle aurait dû savoir fausses et susceptibles d’avoir une influence sensible sur le cours du titre Vinci, en l’occurrence, en le fixant à un niveau anormal ou artificiel [...]. La commission des sanctions prononce à l’encontre de la société Bloomberg LP une sanction pécuniaire de 5.000.000 €», lit-on dans le communiqué consacré à la décision prise par la commission des sanctions le 11 décembre.

U.S. flag and China's flag flutter in winds at a hotel in Beijing Wednesday, Sept. 5, 2012 - Sputnik France
Comment les fake news sur la guerre commerciale influencent les marchés
Bloomberg avait repris le contenu d'un faux communiqué de presse selon lequel le groupe de BTP lançait une révision de ses comptes à la suite d'irrégularités «très graves», rappelle l'agence France-Presse (AFP).

L'agence Bloomberg a immédiatement annoncé son intention de faire appel.

«Victime d'un hoax»

Selon la Commission des sanctions de l'AMF, la diffusion de ces fausses informations, qui avaient fait chuter le cours du titre Vinci de 18,28%, «n'a été précédée d'aucune vérification de la part des journalistes du "Speed Desk"» de Bloomberg alors qu'elles faisaient «état d'informations d'une grande gravité, laissant présager une chute brutale et immédiate du cours de bourse».

La commission a jugé que les «règles ou codes régissant la profession de journaliste» n'ont «pas été respectés par la société Bloomberg LP en l'absence de vérification des informations préalablement à leur publication».

«Nous déplorons la décision rendue aujourd'hui par la Commission des sanctions de l'AMF, qui méconnaît le rôle vital que joue la presse dans une société démocratique», a réagi Bloomberg citée par l'AFP.

Selon l'agence, elle a été «victime de ce hoax (intox) sophistiqué», «au même titre que l'entreprise visée».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала