Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

D’étranges lueurs sur Mars permettent d’en apprendre davantage sur la disparition de son eau

S'abonner
En étudiant les aurores (similaires aux aurores boréales) de Mars, des scientifiques ont découvert de quelle manière cette planète perdait d’énormes quantités d’eau.

Des astronomes américains ont cherché à comprendre pourquoi la planète rouge a perdu une grande partie de son eau et de son atmosphère, ce qui l’a rendue aride et inhospitalière pour toute forme de vie. Ils ont observé de mystérieuses lumières ultraviolettes qui ont permis de comprendre ledit phénomène. Leurs résultats ont été publiés en octobre dans le Journal of Geographical Research: Space Physics.

Grâce à la sonde MAVEN, ils ont pu obtenir des données sur ces aurores qui se produisent très souvent lors de l’«été austral» sur Mars. Comme les aurores boréales sur Terre, les aurores martiennes, chargées en protons, se forment lorsque le vent solaire entre en contact avec d’énormes nuages d’hydrogène. Et Mars en est chargé.

«Les observations sur les aurores de protons sur Mars offrent une vision unique sur l’hydrogène de cette planète, et ainsi sa perte d’eau», a indiqué la physicienne Edwin Mierkiewicz, l’une des auteurs de l’étude.

Les nuages d’hydrogène seraient formés par l’eau qui se trouve sur Mars. L’augmentation de la température de son atmosphère fait monter l’eau, sous forme de vapeur, à de hautes altitudes où elle a été divisée en molécules d’hydrogène et d’oxygène sous l’effet du rayonnement ultraviolet des aurores.

Mars la planète rouge - Sputnik France
Un nouvel appareil de la Nasa permet d’écouter les «battements de cœur» de Mars – vidéo

La perspective d’observer les aurores sur Mars

Les aurores martiennes ont été aperçues pour la première fois par MAVEN en 2016, via un instrument qui lui a permis de détecter les ondes ultraviolettes. Alors que les scientifiques pensaient ce phénomène rare, il peut être en fait observé 80% du temps en été, lorsque la planète se trouve plus près du Soleil.

D’après Andréa Hugues, qui a mené ces recherches, il sera peut-être un jour possible qu’un humain se pose sur Mars, s’équipe de lunettes sensibles aux rayons ultraviolets et se trouve aux premières loges pour admirer de telles aurores.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала