Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

De Rugy propose une «mise en retrait temporaire» des élus et ministres mis en cause par des médias

© AP Photo / Francois MoriFrançois de Rugy
François de Rugy - Sputnik France
S'abonner
François de Rugy estime que les élus et les ministres mis en cause par les médias doivent bénéficier d'une «mise en retrait temporaire» pour pouvoir se défendre. Il a pris son cas en exemple, jugeant qu’il aurait dû se mettre «en mode combat».

L'ancien ministre de la Transition écologique a émis l’idée dans l'émission #HTAG sur la chaîne Public Sénat que les ministres qui se retrouvent sous le feu de la critique médiatique puissent profiter d'une «mise en retrait temporaire» et ainsi se concentrer sur leur défense.

«Il pourrait y avoir une réflexion aussi sur comment les ministres peuvent se défendre pour ne pas être écrasés par ce rouleau compresseur médiatique. […] Moi, j'aurais eu une mise en retrait de 10 jours, tout était sur la table et tout serait retombé, on serait revenu aux faits. [...] Un ministre, lorsqu'il est dans cette situation, ne peut pas exercer sa fonction de ministre réellement tout en se défendant.»

Il a repris son propre exemple quand il était impliqué dans l'«affaire des homards» qui l'a contraint à démissionner de son poste. Selon ses estimations, 10 jours seraient suffisants, regrettant aujourd’hui ne pas s’être mis «en mode combat».

«Je crois qu’il aurait fallu se mettre dans un état d’esprit en mode combat, j’ai en face de moi des gens qui mènent une guerre.»

Il a tenu à souligner que l’objectif de Mediapart était de ne pas informer mais de détruire.

Affaire de Rugy

Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a présenté sa démission du gouvernement le 16 juillet après avoir été mis en cause par Mediapart pour ses dépenses datant de l’époque où il était président de l'Assemblée nationale.

François de Rugy a organisé au minimum une dizaine de dîners luxueux «aux frais de la République» entre 2017 et 2018, lorsque l’actuel ministre était président de l’Assemblée nationale, a affirmé alors Mediapart dans une enquête publiée le 10 juillet.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала