Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L’avocat de Marc Dutroux publie une lettre pour dénoncer la détention «sadique» du célèbre violeur d’enfants

S'abonner
Un avocat de Marc Dutroux, le criminel belge condamné à la prison à perpétuité pour le viol de six jeunes filles et la mort de quatre d’entre elles, a fait parvenir une lettre ouverte à l’agence belge Sudpresse. Dans ce message, il parle notamment de la mise en liberté de son client et de ses «souffrances» dans l’établissement pénitentiaire.

Alors qu’une nouvelle expertise psychiatrique sera menée sur le criminel belge Marc Dutroux, auteur de viols et de meurtres de jeunes filles entre 1995 et 1996, l’un de ses avocats Bruno Dayez a présenté à la société de presse belge Sudpresse une lettre ouverte portant, entre autres, sur son «isolement strict».

«Encager M.Dutroux pendant un quart de siècle sans jamais s’être préoccupé si peu que ce soit de sa future réinsertion peut être, certes, considéré comme un châtiment mérité. En ce qui me concerne, j’apparente plutôt cette situation à une torture assez stérile», indique-t-il. Et de poursuivre:

L’avocat souligne que «l’isolement strict» auquel le criminel fait face depuis plusieurs décennies «aurait amené bon nombre de ses semblables au suicide ou à la folie».

Violences faites aux femmes - Sputnik France
Maroc: le «viol conjugal» reconnu officiellement par un tribunal
«On ne peut en espérer aucun bien, sauf la satisfaction sadique de savoir qu’il souffre. D’autre part, l’abandon total dans lequel il est laissé depuis 1996 l’a empêché d’espérer en une quelconque réinsertion, fût-elle à très long terme», dit-il.

Réévaluer la dangerosité de Marc Dutroux

Le 28 octobre, le tribunal d’application des peines (TAP) de Bruxelles a satisfait la demande des avocats de Marc Dutroux, dont Bruno Dayez, de mener une nouvelle expertise psychiatrique sur le criminel belge. Trois médecins psychiatres seront donc chargés d’analyser M.Dutroux et de remettre un rapport final pour le 11 mai 2020.

Les experts devront, entre autres, analyser l’état mental du criminel afin d’évaluer le risque de récidive. Le rapport, s’il est favorable, pourrait conduire à son éventuelle libération sous conditions.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала