Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le gouvernement ouvre l’expérimentation de la reconnaissance faciale dans les lieux publics

S'abonner
Dans un entretien accordée au Parisien, Cédric O, le secrétaire d’État au numérique, déclare vouloir expérimenter la reconnaissance faciale dans les lieux publics. Une phase test qui s’étalera sur une période de six mois à un an.

Le 24 décembre dernier, Cédric O a déclaré que le gouvernement souhaitait ouvrir l’expérimentation de la reconnaissance faciale en temps réel sur les images de vidéosurveillance dans les lieux publics comme les gares, par exemple.

La reconnaissance faciale suscite un vif débat auprès des Français, dont la protection de la vie privée est une priorité. Le 17 décembre, plusieurs députés et experts appelaient à un principe de précaution sur l’adoption de cette technologie dans une tribune publié dans Libération.

«Tout comme les débats relatifs à la bioéthique, la reconnaissance faciale et l’utilisation de nos données biométriques imposent de prendre le temps nécessaire pour que la société tout entière puisse décider en connaissance de cause de l’utilisation de cette technologie dans notre quotidien», soulignait l’auteur de la tribune. 

Cédric O martèle l’idée «d’un débat apaisé sur ce sujet, sous la supervision de la société civile et de chercheurs». Un comité d’experts, qui n’a pas encore été nommé, rapporte Les Échos. Mais le journal souligne que deux sociétés françaises, Thales et Indemia, travaillent sur cette technologie. Une utilisation qui est aujourd’hui interdite par le règlement général sur la protection des données (RGPD) sans le consentement des individus. Seules les personnes ayant donné leur accord pourront donc être identifiées, précise Les Échos.

Paris - Sputnik France
La France sera le premier pays en Europe à généraliser la reconnaissance faciale

«Ce test aura pour objectif d’avoir des retours sur les différents cas d’usage et sur la performance réelle de cette technologie, ainsi que sur les questions qui se posent», assure le secrétaire d’État au Numérique au Parisien.

 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала