Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une Canadienne contracte des «bactéries mangeuses de chair» après avoir été mordue par une araignée

S'abonner
Une piqûre d’araignée a failli coûter la vie à une Canadienne de 22 ans, en vacances en Australie. Sans l’intervention rapide des médecins, elle aurait été victime d’une fasciite nécrosante provoquée par des bactéries très dangereuses.

Les personnes qui partent en vacances en Australie doivent prendre garde aux araignées et aux serpents venimeux qui sont très répandus dans ce pays. Mais l’histoire de la Canadien Alyssa Cassidy prouve que même les araignées qui ne sont pas venimeuses peuvent parfois présenter un danger mortel.

Une veuve noire - Sputnik France
Le top 5 des créatures dangereuses qui se cachent dans les fruits au supermarché - photos

La femme de 22 ans, qui avait déjà passé une année dans le pays, a décidé de prolonger son visa vacances-travail pour 12 mois. Un jour, après avoir travaillé dans un hangar de tonte, elle a remarqué une bosse rougeâtre sur sa jambe.

Quelques jours plus tard, son état a empiré et elle est allée à l'hôpital où les médecins ont constaté qu’elle avait été mordue par une araignée et qu’elle avait été atteinte par la fasciite nécrosante.

Suite à son traitement réussi, la femme a averti sur Facebook les Australiens ainsi que tous ceux qui veulent visiter le pays de faire attention aux araignées.

Araignée - Sputnik France
La naissance d’araignées extrêmement vénéneuses immortalisées en vidéo

«Juste un rappel aux gens d'Australie et aux visiteurs de l’Australie, prenez garde aux araignées qui se cachent dans votre sac à dos, vos vêtements», a-t-elle écrit tout en publiant des photos de sa jambe.

La fasciite nécrosante est provoquée par le streptocoque du groupe A ou par d'autres bactéries telles que les vibrio vulnificus et les clostridium perfringens.

Bien que ces bactéries ne se nourrissent pas de la chair, elles sont appelées trompeusement «mangeuses de chair», en raison des effets néfastes des toxines qu’elles libèrent sur les tissus mous.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала