Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Trump: les cibles de nouvelles frappes déterminées en cas d’atteinte à la vie d'Américains

© REUTERS / Leah MillisPresidente dos EUA, Donald Trump, fala durante comício de campanha em Battle Creek, Michigan, EUA, 18 de dezembro de 2019
Presidente dos EUA, Donald Trump, fala durante comício de campanha em Battle Creek, Michigan, EUA, 18 de dezembro de 2019 - Sputnik France
S'abonner
Le Président Trump a assuré avoir ordonné la frappe aérienne dans laquelle a été tué Qassem Soleimani pour arrêter la guerre et non pour en déclencher une autre. Or, en cas d’atteinte à la vie d'Américains, Washington a déjà déterminé les cibles de nouvelles frappes, a-t-il prévenu.

Tandis que Soleimani, «terroriste numéro un» pour Donald Trump, projetait de lancer des attaques «imminentes et sinistres contre des diplomates et du personnel militaire américains», le Président des États-Unis a mis en garde les «terroristes» qui souhaitent s'en prendre à ses concitoyens.

«Nous l'avons [Soleimani, ndlr] attrapé sur le fait et l'avons éliminé», a-t-il déclaré aux journalistes dans sa résidence de Mar-a-Lago en Floride, ajoutant que les États-Unis avaient déterminé des cibles et étaient prêts à entreprendre les actions nécessaires si l’Iran menaçait leurs citoyens.

Le Président Donald Trump a affirmé avoir agi pour «arrêter» une guerre, pas pour en commencer une. Il n’a pas non plus aspiré à un «changement de régime» en éliminant le général iranien Qassem Soleimani, a-t-il assuré. «J'ai un profond respect pour le peuple iranien», a-t-il en outre ajouté.

«Démarche imprudente»

Plus tôt dans la journée, le Président Trump a déclaré que Qassem Soleimani était «responsable de la mort de millions de personnes» et il «aurait dû être éliminé il y a plusieurs années». La Défense russe a de son côté fustigé la «démarche imprudente» américaine qui pourrait provoquer «une brusque dégradation de la situation politique et militaire au Moyen-Orient».

Le Pentagone a confirmé le 2 janvier avoir tué le général iranien dans une frappe aérienne à Bagdad. Le ministre iranien des Affaires étrangères a estimé que l’assassinat de Soleimani était un acte de «terrorisme international» et a mis en valeur que «toutes les conséquences pèseront sur les États-Unis».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала