L'armée américaine annonce dans un courrier à l'Irak se repositionner en vue de son retrait

Face à la demande faite par le parlement irakien à la coalition internationale dirigée par les États-Unis de se retirer, le commandant des opérations militaires américaines en Irak a adressé un courrier à ses homologues irakiens. Il y explique que ses troupes seront repositionnées, rapporte l’AFP en se référant au document en question.

Il a été par la suite annoncé que la lettre émanant du commandement militaire américain en Irak prévenant Bagdad d'un redéploiement des forces américaines était authentique mais avait été envoyée par erreur.

Le commandant des opérations militaires américaines en Irak, le général William H.Seely, a informé par courrier ses homologues irakiens, ce lundi 6 janvier, que les troupes américaines seraient repositionnées afin de se préparer à leur retrait prochain d’Irak, informe l'AFP.

Une copie du message en question a été consultée par l’AFP, qui a dévoilé que les militaires américains ont confirmé respecter la décision prise par le parlement irakien qui exige le retrait des contingents étrangers du pays.

«Nous respectons votre décision souveraine qui ordonne notre départ», déclare la missive envoyée, citée par l’AFP.

Une photo du texte en question a été largement relayée sur Twitter. 

Tandis que l'AFP affirme que l'authenticité lui en a été confirmée par un responsable militaire américain ainsi que par un responsable irakien de la Défense, Reuters précise qu'une source militaire irakienne aurait fait de même.

Jens Stoltenberg - Sputnik France
Stoltenberg déclare qu’éliminer Soleimani vient des seuls USA et met en garde l’Iran contre des provocations
Néanmoins, selon Reuters, le représentant officiel du Pentagone a déclaré qu’il ne pouvait pas pour l’heure confirmer l’authenticité de cette lettre.

La frappe américaine à Bagdad

Qassem Soleimani, commandant de la Force Al-Qods, unité d'élite des Gardiens de la révolution, a été tué dans une frappe aérienne à Bagdad, dans la nuit du 2 au 3 janvier, sur ordre du Président Donald Trump en personne, selon le Pentagone. Ce tir de drone qui a également tué Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires pro-Iran intégrés aux forces de sécurité.

La réaction de l’Irak

Le Parlement irakien a réclamé dimanche 5 janvier au gouvernement l'expulsion des troupes américaines du pays, où une faction pro-Iran a appelé les soldats irakiens à s'éloigner des bases où se trouvent les forces américaines, faisant redouter plus de violence encore.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала