Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L'Otan retirera «temporairement» une partie de son personnel d'Irak, informe la presse

© Sputnik . Alexeï VitvitskyOtan
Otan - Sputnik France
S'abonner
Dans le contexte des tensions provoquées par l’assassinat de Qassem Soleimani et de la demande du parlement irakien sur le retrait des contingents étrangers du pays, l’Otan a déclaré ce mardi 7 janvier qu’il planifiait de retirer «temporairement» du personnel d’Irak, informe l’AFP.

Un responsable de l’Otan a annoncé ce mardi 7 janvier que l’Alliance atlantique prévoyait de retirer «temporairement» une partie de son personnel d’Irak, relate l’AFP. Cette déclaration a été faité dans le cadre des tensions qui ont suivi l’assassinat de Qassem Soleimani à Bagdad.

«Nous prenons toutes les précautions nécessaires pour protéger notre personnel. Cela comprend le repositionnement temporaire d'une partie du personnel dans des différents lieux à l'intérieur et à l'extérieur de l'Irak», a indiqué un responsable de l'Alliance atlantique cité par l’AFP qui se réfère à un communiqué également évoqué par les autres médias.

Toutefois, malgré l’annonce du retrait temporaire d’une partie de son personnel, après avoir déjà suspendu sa mission de formation des forces irakiennes, l'Otan «maintient une présence en Irak», informe la presse, toujours selon la même source.

Iranian people attend a funeral procession and burial for Iranian Major-General Qassem Soleimani, head of the elite Quds Force, who was killed in an air strike at Baghdad airport, at his hometown in Kerman, Iran January 7, 2020. Mehdi Bolourian/Fars News Agency/WANA (West Asia News Agency) via REUTERS ATTENTION EDITORS - THIS IMAGE HAS BEEN SUPPLIED BY A THIRD PARTY - Sputnik France
Au moins 50 morts et des dizaines de blessés lors des funérailles de Soleimani en Iran

Auparavant, lors d’une conférence de presse tenue à Bruxelles, le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a déclaré que la décision d’éliminer Qassem Soleimani avait été prise par les seuls États-Unis, sans participation ni de la coalition contre Daech*, ni de l'Otan.

La France annonce ne pas retirer ses soldats

Quant à la France, sa ministre des Armées a souligné que le pays n’avait pas l’intention de rappeler ses 160 soldats déployés en Irak. De plus, Florence Parly a expliqué que Paris avait renforcé la sécurité des soldats.

«La priorité aujourd’hui est la même qu’hier et doit être celle de demain: lutter contre Daech*, sa résurgence sur le terrain au Levant, sa propagande sur Internet», a écrit la ministre sur Twitter.

Une frappe aérienne américaine

Chef de la Force Al-Qods, unité d'élite des Gardiens de la révolution islamique (GRI) chargée des opérations extérieures, Qassem Soleimani a été tué le 3 janvier par une frappe de drone américain devant l'aéroport de Bagdad.​

Le 5 janvier, le parlement irakien a voté en faveur du retrait total des militaires étrangers du pays.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала