Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Libération d’Auschwitz: le FSB russe déclassifie des documents uniques

© Sputnik . Valeri Melnikov / Aller dans la banque de photosLa porte d'entrée du camp de concentration d'Auschwitz (archive photo)
La porte d'entrée du camp de concentration d'Auschwitz (archive photo) - Sputnik France
S'abonner
Les services secrets russes ont déclassifié des documents uniques concernant la libération du camp de concentration nazi d’Auschwitz, la veille de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, relate la chaîne de télévision russe NTV.

Des documents, gardés secrets pendant plusieurs décennies et concernant la libération du camp de concentration nazi d’Auschwitz (Oswiecim), ont été déclassifiés par le Service fédéral de sécurité russe (FSB) en prévision de la Journée de mémoire des victimes de l’Holocauste, a annoncé la chaîne de télévision russe NTV.

Il s’agit principalement de procès-verbaux des interrogatoires d’anciens gardiens d’Auschwitz. Les documents contiennent des schémas des chambres à gaz, des descriptions détaillées des traitements réservés aux détenus, ainsi que des informations sur des soldats et officiers SS arrêtés par l’armée soviétique, dont plusieurs Polonais, selon la chaîne.

Des Polonais parmi les gardiens

Un dossier est consacré à un certain Alfred Skrzypek, originaire de la ville silésienne de Krolewsko Huta (aujourd’hui, Chorzow), qui a été arrêté sur le territoire du camp, à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Cracovie. Alfred Skrzypek a avoué avoir lui-même torturé des détenus, y compris des compatriotes.

Le camp de concentration nazi Auschwitz-Birkenau - Sputnik France
«À tous on arrachait les dents»: témoignage glaçant d’un rescapé d’Auschwitz (photos)
Un autre dossier pénal présenté dans le reportage de NTV est aussi dédié à un Polonais, Willi (Willy) Steinborn. Arrêté par les Allemands pour des activités antinazies, il a plus tard été libéré à condition de devenir gardien à Auschwitz. Selon ses dires, il a été promu au grade de SS-Rottenführer pour son travail. D’après un procès-verbal, «il a traité les prisonniers de façon inhumaine, les a personnellement abattus».

Les discussions sur le nombre de personnes mortes à Auschwitz avant sa libération par l’Armée rouge le 27 janvier 1945, durent depuis plusieurs décennies. Selon un document déclassifié par le FSB, «les hitlériens ont exterminé plus de 4 millions de citoyens d’URSS, de Tchécoslovaquie, de Pologne et d’autres pays durant la période d’existence» de ce camp.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала