36 civils tués dans une attaque dans le nord du Burkina Faso

CC BY-SA 2.5 / Stefan Dressler / Sahel savanna in SW Burkina FasoSahel savanna in SW Burkina Faso, near Gbomblora on the road from Gaoua to Batié.
Sahel savanna in SW Burkina Faso, near Gbomblora on the road from Gaoua to Batié. - Sputnik France
Le lundi 20 janvier, un groupe armé terroriste a fait irruption sur le marché de Nagraogo, au Burkina Faso, tuant 32 civils et en a abattu quatre autres près d'Alamou, a fait savoir le gouvernement de ce pays africain.

Trente-six civils ont été tués et trois blessés lundi 20 janvier lors d'une attaque contre des villages de la province du Sanmatenga, dans le nord du Burkina Faso, a annoncé le lendemain le gouvernement.

«Le gouvernement burkinabè a appris avec consternation et indignation, la mort de 36 Burkinabè dans la province du Sanmatenga, suite à une attaque terroriste», a indiqué le ministre de la Communication, Remis Fulgance Dandjinou, dans un communiqué.

«Le lundi 20 janvier 2020, un groupe armé terroriste a fait irruption dans le marché de Nagraogo, y a abattu 32 de nos concitoyens, brûlé le marché et, dans son repli, [en] a abattu quatre autres au niveau du village d'Alamou. Cette attaque a également fait trois blessés».

Waterfalls in Burkina Faso - Sputnik France
Au moins 14 morts, dont des élèves, dans une attaque dans le nord-ouest du Burkina Faso
Face à ces «attaques répétées» contre les populations, le gouvernement a lancé un appel à une «franche collaboration avec les Forces de défense et de sécurité et au renforcement de la solidarité entre Burkinabè».

Le Burkina Faso, frontalier du Mali et du Niger, est confronté à des attaques djihadistes, qui ont fait plus de 750 morts et 560.000 déplacés depuis 2015, rappelle l’AFP.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала