«Je te n*que ta race!»: un candidat LREM aux municipales se déchaîne en pleine rue contre un détracteur – vidéo

Daly Ndiaye, le numéro deux de la liste LREM aux municipales de Vitry-sur-Seine, a été filmé alors qu’il s’emportait contre un militant anti-Macron. Le PS local demande des sanctions.

Le numéro deux à Vitry-sur-Seine de la liste La République en marche a été filmé samedi 8 février en train d’insulter un individu en pleine rue.

Sur la vidéo publiée sur Twitter, Daly Ndiaye s'adresse à une personne pour l'insulter et la menacer: «On se donne rendez-vous le soir quelque part, et je te n*que ta race, t'as compris? Je te n*que».

​Shamime Attar, auteur de la vidéo et élu PS à la mairie de Vitry, a donné sa version des faits au Parisien: «J'étais avec deux collègues lorsque nous avons entendu des voix s'élever. Nous nous sommes rapprochés et je me suis mis à filmer la scène, Daly Ndiaye était énervé et il a tenu des propos menaçants. Je ne connais pas l'homme avec qui il s'entretenait. À ma connaissance ce n'est pas quelqu'un du PS ou du PCF».

Selon le Parisien, M.Ndiaye a commencé à proférer ces insultes à l’encontre d’un passant après que ce dernier a retiré une affiche de la tête de liste LREM, Kamale Sobhi.

«Les faits dans leur globalité»

Contacté par Le Parisien, Kamale Sobhi a condamné «les violences verbales» de son colistier, précisant au passage que c’étaient «des propos inadmissibles» et «un comportement qui ne fait pas partie de mes valeurs ni de celles de monsieur Ndiaye».

​Souhaitant rappeler les «faits dans leur globalité», le candidat a pourtant assuré que ce sont bien ses équipes qui avaient été les premières prises à partie.

«L'homme que l'on voit avec Daly Ndiaye est arrivé le premier avec son vélo pour gêner notre tractage. Il dialoguait avec mes équipes, le ton est un peu monté. Il est parti au bout de 20 minutes avant de revenir avec une femme et un jeune enfant en poussette. Ils tenaient une pancarte Stop Macron».

«Attitude violente, brutale et de voyou»

Le député du PS Luc Carvounas a pour sa part interpellé le délégué général d'En Marche, Stanislas Guerini, pour l’appeler à condamner «ce type d'attitude violente, brutale et de voyou».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала