Du «jamais vu»: 25 mineurs placés en garde à vue pour avoir bloqué leur lycée contre la réforme du bac

Après que des élèves franciliens ont été placés en garde à vue pour avoir bloqué leurs lycées afin de contester la réforme du bac et les «E3C», leurs avocates pointent du doigt la mesure «disproportionnée» et «incompréhensible» et se proposent de saisir les procureurs des départements concernés.

Entre le 28 janvier et le 7 février à Paris, 25 mineurs ont été convoqués dans plusieurs commissariats et placés en garde à vue à Paris, en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne. Les faits ont fait suite au blocage de plusieurs lycées dans le cadre du mouvement contre la réforme du bac et les «E3C», les épreuves communes de contrôle continu.

Les placements en garde à vue, mesure exceptionnelle dans le cas de mineurs, ont duré d’une dizaine d’heures à 48 heures, relate Le Parisien.

«Des faits reprochés sans aucune preuve»

«Du jamais-vu, totalement disproportionné et incompréhensible, au regard des faits reprochés sans aucune preuve!», s'est indignée l'une des avocates des lycéens.

Trois avocates ont décidé de saisir le Contrôleur général des lieux de privation de liberté sur les conditions de gardes à vue et d'auditions, ainsi que «d'écrire aux procureurs des différents départements, car il y a disproportion et beaucoup d'irrégularités dans les gardes à vue».

Les lycéens mis sous pression

Établissement scolaire - Sputnik Afrique
Une lycéenne de Seine-et-Marne gifle son proviseur lors d’une mobilisation contre la réforme du bac
Plusieurs élèves ont raconté que les policiers leur parlaient comme s’ils avaient commis quelque chose de très grave et leur mettaient la pression pour qu’ils leur donnent «des noms de profs qui incitaient au blocus».

Selon les avocates, 13 d’entre eux ont par ailleurs été auditionnés sans avocat.

Un enseignant mobilisé aux côtés des élèves «pour les protéger» a affirmé qu’il y avait une volonté de casser tout départ de mouvement lycéen.

Y a-t-il des directives d’en haut?

Pour les avocates, la question se pose de savoir s’il y a des directives venues de très haut et exigeant de réprimer systématiquement la contestation lycéenne.

«Nous n'avons pas connaissance de telles directives sur Paris, mais ces gardes à vue massives sont un palier répressif supplémentaire de franchi. Alors c'est une crainte, une impression…», a confié au Parisien l'une des avocates, Me Camille Vannier.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала