Le système S-500 pourrait abattre des cibles «à des centaines de kilomètres de la Terre»

Les capacités opérationnelles du futur système de missiles russe S-500 permettront de «résoudre toute une gamme de tâches relatives à la défense aérienne comme antimissile», assure son constructeur général.

Le futur système russe de missiles antiaériens S-500 sera en mesure d’intercepter des cibles à des centaines de kilomètres de la Terre, a fait savoir Pavel Sozinov, constructeur général du consortium Almaz-Anteï qui fabrique les complexes en question.

Des matériels russes à la base de Hmeimim en Syrie (archive photo) - Sputnik France
La Défense russe dément avoir testé des systèmes S-500 en Syrie
Selon lui, les capacités opérationnelles du système S-500 dépasseront celles de tous ses concurrents déjà créés ou en cours de création. «Il sera possible de réaliser une interception dans la haute atmosphère, c’est-à-dire à des centaines de kilomètres de la Terre», assure M.Sozinov.

Le nouveau complexe est doté d’un nombre important d’outils de détection et de missiles guidés, ce qui permettra de «résoudre toute une gamme de tâches relatives à la défense aérienne comme antimissile», poursuit-il.

Missiles déjà testés

Test du système hypersonique Avangard  - Sputnik France
Le système de missile russe dernier cri Avangard sous l’œil des inspecteurs américains - vidéos
Les concepteurs du système espèrent que le S-500 sera capable de faire face aux armes qui pourraient apparaître dans cinq ou 10 ans, a également déclaré M.Sozinov.

Plus tôt en février, le vice-ministre russe de la Défense Alexeï Krivoroutchko avait annoncé que les essais de missiles Prometeï destinés aux systèmes S-500 avaient été réalisés l’année dernière. Toujours d’après lui, le système pourrait être déployé au sein des forces armées russes courant 2020.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала