La paix dans le Donbass? Oui, mais «selon nos termes», lance Zelensky

© Sputnik . Stringer / Aller dans la banque de photos Volodymyr Zelensky
 Volodymyr Zelensky - Sputnik Afrique
En vantant l’armée ukrainienne qui est «l’une des plus fortes d’Europe», Kiev aspire à la paix dans le Donbass, mais «selon ses termes», a annoncé le 15 février le Président ukrainien lors de la conférence de Munich sur la sécurité.

Dans le cadre de la conférence de Munich sur la sécurité, le Président Volodymyr Zelensky s’est exprimé concernant le rétablissement de la paix dans le Donbass, à laquelle Kiev se dit prêt mais selon ses propres conditions:

«Notre armée est très forte, l’une des plus fortes d’Europe, composée de 200.000 personnes, nous sommes prêts à tout. Mais nous voulons la paix, selon nos termes», a souligné M.Zelensky le 15 février.

Les parties s’accordent à nouveau sur les accords de Minsk

échange de prisonniers entre Kiev, Donetsk et Lougansk - Sputnik Afrique
Kiev et le Donbass procèdent à un nouvel échange de prisonniers – images
Les accords de Minsk ont résulté des négociations du premier sommet au format Normandie en 2014, qui rassemblait les dirigeants d’Ukraine, de Russie, de France et d’Allemagne. Lors du dernier sommet, le 9 décembre 2019 à Paris, ils ont à nouveau discuté de la situation en Ukraine et ont réitéré leur volonté d’appliquer intégralement les accords de Minsk.

D’après le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le Président ukrainien a toutefois tenté de «toucher» au texte de ces accords, provoquant l’étonnement d’Emmanuel Macron et d’Angela Merkel. Zelensky a finalement promis des élections dans le Donbass à l’automne 2020, en même temps que les élections locales dans tout le pays.

Cessez-le-feu en échec

Le 12 février, la diplomatie russe a annoncé via un communiqué que le cessez-le-feu complet n’avait pas encore été atteint, tandis que du matériel militaire était toujours présent sur la ligne de front. De plus, le Donbass n’a toujours pas obtenu de statut spécial, comme prévu par les accords. Tout cela aurait dû être mis en place avant fin 2015, a-t-elle rappelé.

«Kiev a commencé à saboter l’ensemble des mesures immédiatement après sa signature», a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères, qui relève toutefois des progrès réalisés dans les relations russo-ukrainiennes. En cinq ans, deux importants échanges de prisonniers ont permis de libérer 500 personnes.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала