Washington incite New Delhi et Pékin à limiter leurs achats de pétrole vénézuélien

© Sputnik . Alexandre Gouchtchine / Aller dans la banque de photosUn derrick (image d'illustration)
Un derrick (image d'illustration) - Sputnik France
L’Inde et la Chine devraient réduire leurs importations de pétrole vénézuélien, selon l’administration américaine qui compte convaincre les autorités de ces pays de soutenir la politique des États-Unis, selon Elliott Abrams, représentant spécial des États-Unis pour le Venezuela.

Les États-Unis cherchent à persuader l’Inde et la Chine, deux grands importateurs de pétrole vénézuélien, de réduire leurs achats de brut dans ce pays, a annoncé le représentant spécial des États-Unis pour le Venezuela, Elliott Abrams.

«Les deux clients importants pour le pétrole vénézuélien sont l’Inde et la Chine. Nous mènerons des discussions avec les clients, nous leur expliquerons la politique des États-Unis concernant le pétrole vénézuélien», a indiqué M.Abrams.

Le 18 février, les États-Unis ont adopté des sanctions contre Rosneft Trading, une filiale suisse du groupe russe Rosneft, et son dirigeant Didier Casimiro pour le commerce de pétrole avec le Venezuela. Selon Washington, Rosneft Trading est le plus gros acheteur de pétrole vénézuélien.

Ces sanctions font partie de la campagne de pressions américaine contre le Venezuela, a précisé M.Abrams.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала