«Poison» du racisme dans les fusillades en Allemagne: Macron se range «aux côtés» de Merkel

© REUTERS / RALPH ORLOWSKIPolizist neben der "Midnight Shisha Bar" nach Schießerei in Hanau, Deutschland, der 20. Februar 2020
Polizist neben der Midnight Shisha Bar nach Schießerei in Hanau, Deutschland, der 20. Februar 2020 - Sputnik France
Après que la chancelière allemande a fustigé le «poison» du racisme à la suite des attaques dans des bars à chichas de Hanau perpétrées pour «motivations xénophobes», le chef d’État français l’a assurée de son soutien dans son combat «contre la haine et le racisme».

Emmanuel Macron a exprimé jeudi 20 février son «immense tristesse» et son «plein soutien à l'Allemagne face à cette attaque tragique» et à son combat «contre la haine et le racisme», après les fusillades meurtrières à Hanau (centre) par un Allemand aux motivations «xénophobes».

En arrivant au sommet européen à Bruxelles, le le chef de l'État a dit être aux côtés des Allemands «pour le combat contre la haine et le racisme qui est conduit par la chancelière avec beaucoup de force, comme d'ailleurs par l'essentiel des forces politiques allemandes».

La présidente de la Commission européenne et ex-ministre allemande Ursula von der Leyen s'est dite «profondément choquée» par ces fusillades meurtrières, pour lesquelles la justice soupçonne une «motivation xénophobe», indique l’AFP.

Angela Merkel a pour sa part dénoncé jeudi «le poison» du racisme quelques heures après l'assassinat de neuf personnes, dont plusieurs d'origine kurde, par un Allemand aux «motivations xénophobes» lors d'une double fusillade dans des bars à chichas de Hanau, près de Francfort.

Appel à l’«extermination»

Le parquet fédéral allemand, notamment chargé de l'antiterrorisme, s'est saisi de l'enquête et dispose «d'éléments à l'appui d'une motivation xénophobe», a indiqué un porte-parole à l'AFP.

L'auteur présumé a été retrouvé mort jeudi matin à son domicile.

Selon des sources proches de l'enquête, une lettre d'aveux et une vidéo ont été retrouvées. D'après Peter Neumann, spécialiste du terrorisme au King's College de Londres, il s'agit d'un «manifeste de 24 pages» témoignant d'une «haine des étrangers et des non-blancs». «Il appelle à l'extermination de plusieurs pays en Afrique du Nord, au Proche-Orient et en Asie centrale» en usant «de termes explicitement eugénistes, affirmant que la science prouve que certaines races sont supérieures», développe M.Neumann sur Twitter.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала