Le contact avec les journalistes de Sputnik agressés à Ankara a été perdu

© Sputnik . Alexey Filippov / Aller dans la banque de photosLogo de Sputnik
Logo de Sputnik - Sputnik France
Les journalistes de Sputnik Turquie ayant été menacés par des malfaiteurs qui ont essayé de pénétrer dans leurs appartements à Ankara, ne sont plus joignables depuis qu'ils ont porté plainte contre leurs assaillants, a indiqué la rédactrice en chef de Sputnik, Margarita Simonian.

La rédaction de Sputnik Turquie n’arrive pas à joindre ses trois journalistes depuis le soir du 29 février après qu’ils sont allés à la police pour porter plainte à la suite de l’irruption de plusieurs inconnus dans leurs appartements à Ankara.

«Cela fait neuf heures, nous n’arrivons pas à joindre nos employés à Ankara après qu’ils ont porté plainte contre les casseurs-nationalistes ayant attaqué leurs appartements», a annoncé la rédactrice en chef de Sputnik, Margarita Simonian, sur sa chaîne Telegram.

Des inconnus ont fait irruption le 29 février dans les appartements des journalistes concernés vers 20h30-21h00 (heure française). Ils ont proféré des menaces envers les employés de Sputnik Turquie et les ont accusé de haute trahison, «parce qu’ils travaillaient pour les Russes», a souligné Mme Simonian. Les agresseurs ont réussi à prendre la fuite avant l’arrivée des forces de l’ordre.

Par la suite, les journalistes menacés se sont adressés à la police en indiquant que chaque groupe de malfaiteurs comportait au moins 10 personnes, a souligné la rédaction dans un communiqué.

Réaction de la Russie

La Turquie doit rapidement mener une enquête sur cet incident avec les journalistes de Sputnik, sanctionner les coupables et prendre des mesures pour sécuriser tous les médias russes, a déclaré Konstantin Kossatchev, président du comité du Conseil de la fédération pour les Affaires étrangères.

Une pression sur les employés des médias russes conduira à une complication des relations russo-turques, a-t-il ajouté. 

En réaction à cet incident, le sénateur russe Oleg Morozov a déclaré que la Turquie cherchait ainsi «de manière active notre riposte».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала