La police militaire russe est entrée dans la ville syrienne de Saraqeb pour y assurer la sécurité

© Sputnik . Basel ShartouhLa ville syrienne de Saraqeb
La ville syrienne de Saraqeb - Sputnik France
Des unités de la police militaire russe sont entrées ce lundi 2 mars dans la ville de Saraqeb, dans le gouvernorat d'Idlib, pour assurer la sécurité de la population civile qui utilise les autoroutes M4 et M5, a annoncé le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

Des policiers militaires russes ont été déployés ce lundi 2 mars dans la ville de Saraqeb dont le contrôle avait été repris plus tôt par les forces armées syriennes.

Turkish President Tayyip Erdogan speaks during a news conference in Istanbul, Turkey, February 3, 2020 - Sputnik France
La Turquie «ne fait ni de la Russie, ni de l'Iran sa cible» en Syrie, précise Erdogan

«Compte tenu de l’importance d’assurer la circulation sécurisée et libre des transports et de la population civile sur les autoroutes M4 et M5, des unités de la police militaire russe sont entrées dans la ville de Saraqeb, le 2 mars vers 17h00», indique un communiqué du centre.
© Sputnik . Basel ShartouhLa ville syrienne de Saraqeb
La police militaire russe est entrée dans la ville syrienne de Saraqeb pour y assurer la sécurité - Sputnik France
La ville syrienne de Saraqeb

Plus tôt dans la journée, le journal syrien Al-Watan avait annoncé que les forces de Damas avaient repris le contrôle de Saraqeb qu’elles avaient quittée le 28 février pour des raisons tactiques après plusieurs offensives des terroristes. Selon le média, lors d’une opération, des militaires syriens ont éliminé des dizaines de radicaux, détruit quatre chars, six blindés ainsi qu’abattu deux drones d’attaque de l’armée turque.

Une ville stratégique

Au croisement des routes internationales M4 (Lattaquié-Alep) et M5 (Damas-Alep), la ville stratégique de Saraqeb avait été libérée une première fois le 5 février dans le cadre des offensives de Damas dans les gouvernorats d’Alep et d’Idlib lancées le 26 janvier 2020.

Ce succès des forces gouvernementales a provoqué le mécontentement d'Ankara qui a exhorté Damas à retirer ses troupes aux positions qu'elles occupaient fin décembre 2019. Les contre-attaques des 11 et 20 février menées par les radicaux du Front al-Nosra* et par l'opposition armée, avec le soutien de l'armée turque, ont été repoussées par les forces syriennes qui ont éliminé plus de 250 radicaux.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала